/opinion/columnists
Navigation

Avec Roger

Coup d'oeil sur cet article

J’étais son petit chien de poche. Enfant, j’adorais passer mes journées avec mon père. Que ce soit dans sa run de pain, à la supervision du chantier de bûcheron, au moulin à scie, je le suivais et il me racontait tout. Il me parlait comme à un adulte et il m’appelait son p’tit rat.

J’étais le parfait complice de ses coquins secrets, comme lorsqu’il s’arrêtait pour siroter une petite froide à l’hôtel avant de rentrer pour souper, et l’un de mes pots-de-vin, c’était de m’asseoir sur ses genoux et de conduire le petit ou même les gros camions.

Je n’oublierai jamais ces moments où j’ai appris toutes les espèces d’arbres, comment les mesurer et à quoi ils allaient servir. Tout le monde aimait Roger à Sainte-Émélie et il savait les faire rire, sourire.

À la maison, il ne sacrait jamais devant ma mère, il adorait faire la vaisselle, il exagérait toujours dans la fournaise au bois du sous-sol et le torse lui gonflait à vue d’œil lorsque mon grand frère Jacques chantait au piano.

ON COUPE

J’avais toujours hâte à Noël. Justement parce qu’on retrouvait Jacques, alors libéré après trois mois au pensionnat à Joliette, mais aussi parce qu’avant, c’est moi qui coupais le sapin de Noël.

Avec mon père, on marchait en plein bois sur le cric à David et il fallait en trouver un qui ferait capoter ma mère. Quand on en avait enfin déniché un, mon jour de gloire était arrivé.

Il me passait la sciotte avec la peur bleue que je m’estropie, il me faisait une petite marque sur le tronc et me disait : « Vas-y mon p’tit rat pis fais attention. » Je n’avais pas 10 ans et j’en ai 62. Depuis, chaque année, je regarde mon sapin synthétique et je le trouve nono. Je m’ennuie de toi, P’pa.

FLOCONS

  • J’ai fait le calcul. Si je vais au gym 260 fois d’ici le 1er janvier, j’aurai rempli ma résolution pour 2018.
  • On fait quoi si on côtoie Donald Trump trop longtemps ? On prend un bain dans le jus de tomates.
  • « Pars », « va t’en », « dégage ». Mais, y’a rien qui bat « décâlisse ».
  • Nette baisse du nombre d’orignaux abattus au Québec. Je n’y suis pour rien. J’ai fait ma part.
  • Choux-fleurs contaminés. Enfin, une bonne nouvelle !

À DEMAIN

Toi, Robert, tu n’as rien vu de tout ça. Tu étais sous le jupon de maman.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions