/portemonnaie/job
Navigation

Comment demander une augmentation de salaire

Comment demander une augmentation de salaire
Unsplash

Coup d'oeil sur cet article

Depuis ton premier jour au travail, tu as accumulé les bons coups et tu es devenu une ressource indispensable. La seule chose qui ne semble pas évoluer positivement est le montant inscrit sur ton chèque de paie.    

Si tu ne fais pas partie d’une organisation qui attribue systématiquement des augmentations salariales aux employés, il est fort possible que tu n’aies d’autres choix que de prendre ton courage à deux mains et d’en faire la demande.

Puisqu’il est déconseillé d’entrer furieusement dans le bureau du patron en criant «donne-moi plus de cash tout de suite», voici quelques trucs pour mettre les chances de ton côté.

Reconnaître les circonstances gagnantes et le moment opportun

On ne parle pas simplement du jour de la semaine ou de l’heure de la journée, même s’il est vrai que certains moments sont plus opportuns que d’autres. Par exemple, il est préférable d’éviter en fin d'après-midi un vendredi ou à la première heure le lundi matin.

Tu dois aussi tenir compte de la situation de l’entreprise à l’interne et dans le contexte de son industrie.

Est-ce que tu viens de terminer un gros projet? Est-ce que tu as mené des initiatives qui ont porté fruit récemment?

C’est ta chance! Comme on dit, il faut battre le fer quand il est chaud.

Est-ce que des suppressions de postes sont en vue? Est-ce que l’entreprise vient de perdre un gros contrat? Est-ce que l’industrie vit des moments d’incertitude?

Si c’est le cas, à moins d’avoir de très bons arguments pour justifier une augmentation, il vaut peut-être mieux patienter pour des circonstances plus favorables.

Effectuer une évaluation honnête de ta valeur pour l’entreprise et sur le marché de l’emploi

Vois ça ainsi : tu es une entreprise et tu dois convaincre ton client (alias ton patron) de payer plus cher pour le même service.

Évidemment, tu dois mettre de l’avant tes accomplissements et la valeur que tu apportes à l’organisation.

Mais tu peux être certain que si tu as quelques moins bons coups à ton palmarès, on va te les rappeler. D’où l’importance d’être brutalement honnête envers toi-même afin de déterminer si ta demande est justifiable.

Prends le temps de faire un bilan complet de ta performance et prépare ton «pitch de vente», quitte à le pratiquer devant le miroir.

Assure-toi aussi d’avoir une bonne idée des conditions pour des postes similaires dans d’autres entreprises. Si ton salaire est largement en dessous de la moyenne, cela te permettra de viser une somme cohérente avec ce qui est offert sur le marché.

Ne pas bluffer et ne pas faire de petite politique

As-tu reçu une offre intéressante d’un autre employeur?

Si c’est le cas, il n’y a pas de mal à jouer cartes sur table, à condition que cela soit fait de façon respectueuse et professionnelle.

Mais si tu n’as pas de «plan b» concret, le bluff est une tactique inutilement risquée. Advenant qu’on ne puisse pas t’offrir ce que tu demandes, on va probablement s’attendre à recevoir ta lettre de démission et te remplacer sous peu.

De plus, démontrer de la frustration ou se faire valoir en dénigrant ses collègues avec des phrases du genre «je travaille plus fort que tout le monde ici» ne convaincra jamais personne.

Comme lors d’une entrevue d’embauche, on doit utiliser un langage positif. Si le patron doit prendre le temps d’y penser, on ne veut pas que l’entretien se termine sur une note amère. 

Démontrer de la flexibilité

C’est un vieux cliché qui demeure valable : «il n’y a pas que l’argent dans la vie».

Parfois, on s’imagine à tort qu’un plus gros chèque de paie est ce dont on a besoin. Mais plusieurs éléments peuvent en venir à valoir autant, plus même.

Par exemple, si tu obtiens la possibilité de travailler de la maison un jour par semaine, ça peut faire une énorme différence sur ton budget de transport. Et le fait d’éviter la circulation pour une journée est déjà une belle victoire pour le moral.

Il y a donc lieu de déterminer le salaire souhaité, mais tu dois également penser aux autres avantages que pourrait offrir l’employeur.

Prévoir les résultats possibles et un plan d'action

On accepte ta demande d’augmentation sur-le-champ? Bravo!

On te propose quelque chose un peu en bas de ce que tu avais demandé? Tu acceptes, tu négocies pour trouver un juste milieu ou tu passes à ton «plan b», à condition d’en avoir un bien sûr.

On refuse catégoriquement ta demande? Cela peut signifier deux choses.

  1. Tu surévalues ce que tu apportes à l’entreprise. Cherche des façons de t’améliorer!
  2. Ton employeur te sous-évalue. Prépare ton CV et va voir ce qu’on pourrait t’offrir ailleurs!
     

 

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux