/news/currentevents
Navigation

Des chasseurs de cerfs menacés par une femme

Des Américains sont embauchés pour enrayer la maladie

Coup d'oeil sur cet article

GRENVILLE-SUR-LA-ROUGE | Une femme a été arrêtée parce qu’elle aurait formulé des menaces envers des agents de la faune américains qui chassaient des cerfs de Virginie dans le cadre de l’opération qui vise à enrayer la maladie du cerf fou.

Québec a engagé en septembre des chasseurs et agents de la faune américains pour traquer les cerfs de Virginie lorsque le premier cas de la maladie débilitante chronique des cervidés a été répertorié parmi les cerfs rouges de Harpur Farms à Grenville-sur-la-Rouge, dans les Laurentides. Cela visait à assurer que la maladie hautement contagieuse ne se propage pas.

Opposition

Plusieurs chasseurs et résidents se sont opposés à l’abattage des cerfs sauvages, car ils craignent qu’il n’y ait plus de chevreuils disponibles pour la chasse dans cette zone.

L’une de ces personnes aurait proféré des menaces contre les Américains. L’événement aurait eu lieu le 7 novembre, a appris jeudi Le Journal.

La dame a été arrêtée et relâchée. Le dossier a été déposé au Directeur des poursuites criminelles et pénales, qui décidera si des accusations seront déposées contre elle. Elle pourrait faire face à des chefs de menace contre des agents et de négligence dans l’entreposage d’une arme à feu.

« Après l’altercation verbale, les agents de la faune ont entendu des coups de feu près du secteur où ils se trouvaient. Nos policiers sont allés chez la dame et ont trouvé une arme à feu qui n’était pas entreposée correctement », a expliqué Marc Tessier, porte-parole à la Sûreté du Québec.

Il n’était pas en mesure de dire si les coups de feu ont été tirés par la dame et si les chasseurs américains avaient été visés.

M. Tessier a mentionné que la dame a interpellé les agents de la faune parce qu’elle disait que ces derniers n’avaient pas le droit d’abattre les cerfs de Virginie.

Contagion

Selon le ministère de la Faune, l’abattage des cerfs sauvages est nécessaire puisqu’ils peuvent être en contact direct avec les cerfs rouges, dont au moins 11 étaient malades. Le contact est possible étant donné l’absence de double clôture entre les bêtes en captivité et les animaux sauvages. Le ministère de la Faune a décrété une zone d’exclusion de la chasse dans une zone de 400 km2 autour de la ferme.

Entre 500 et 600 chevreuils sauvages ont été abattus depuis octobre. Les cerfs sauvages étaient tous en santé et les tests se sont avérés négatifs. Il est impossible de faire ces tests sur des bêtes vivantes.

L’Agence canadienne d’inspection des aliments a mentionné que l’abattage des animaux de la ferme contaminée par la maladie se terminera le 21 décembre. Au total, 2300 cerfs de Boileau ont été abattus.