/portemonnaie/job
Navigation

Jamais trop tard pour changer de carrière

Jamais trop tard pour changer de carrière
Unsplash

Coup d'oeil sur cet article

L’année dernière, l’équipe de porte-monnaie a interviewé des dizaines de personnes qui ont effectué un virement de cap professionnel.

Voici les leçons qu’on a tirées de leur parcours.

Distinguer les bonnes des mauvaises motivations

Lorsqu’on traverse une mauvaise passe au travail, il peut être tentant de vouloir tout laisser, quitte à repartir à neuf dans un autre domaine et occuper d’autres fonctions.

Puis en plus, on ne cesse de voir passer des articles à propos de gens qui ont trouvé le bonheur en sacrant leur grosse job aux poubelles pour fabriquer des savons ou publier des vlogues de campervan

Or, changer de carrière n’est pas un remède miracle et demande une petite introspection au préalable. 

Veut-on réellement s’accomplir ailleurs ou simplement changer le mal de place?

Parfois, le même type de poste dans une autre entreprise avec de meilleures conditions suffirait pour retrouver le sourire au boulot.

Peu importe la situation, ça ne coûte rien de mettre son CV à jour et de commencer à sonder le terrain.

Ne pas trop y penser et faire preuve d’optimisme

Un volte-face professionnel ne vient pas avec des garanties et exige souvent des sacrifices, mais quand l’idée est bien installée, on fonce.

Alors qu’agir sur un coup de tête est déconseillé, trop attendre l’est encore plus. Le moment parfait pour se lancer n’arrivera jamais et il y aura toujours une «bonne» excuse pour remettre à plus tard.

Se préparer et demeurer réaliste

On doit aussi faire preuve de lucidité et établir un plan d’action, surtout si l’acquisition d’une formation est requise.

On prépare son budget en prenant compte de potentielles pertes de salaires et d’avantages comme les assurances collectives et les congés.

Eh bon! Il ne faut pas se faire des illusions non plus. Les chances de passer de comptable à gymnaste olympique sont faibles.

Ne pas avoir peur de cogner aux portes

On ne cachera pas, la personne avec une carrière et une formation ne correspondant pas précisément aux exigences d’un poste doit en faire plus pour se démarquer. Envoyer des CV par l’entremise d’un site d’emploi ne suffira probablement pas.

Voilà enfin une raison valable pour utiliser les réseaux sociaux ou employer la bonne vieille méthode de se présenter en personne. On ne doit pas avoir peur de tendre des perches un peu partout.

On serait surpris de savoir à quel point de nombreux employeurs sont prêts à donner une chance à un candidat atypique qui démontre beaucoup d’intérêt et de motivation.

 

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux