/entertainment/stage
Navigation

La Fenière revivra dans Lebourgneuf

ELEKTRO, qui pose un regard satirique sur la société de consommation, sera jouée 11 fois cet été

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Les auteurs Oliver Challet et Anne Bernard-Lenoir ont écrit un premier texte de théâtre avec la pièce ELEKTRO.

Coup d'oeil sur cet article

La Fenière renaît. La compagnie de création et de production qui fête cette année ses 60 ans revivra cet été à LaScène Lebourgneuf.

Après un incendie qui avait détruit la salle de théâtre en avril 2012, à L’Ancienne-Lorette, La Fenière a poursuivi ses activités à titre de compagnie de création et de production.

La compagnie s’était associée au Nouveau Théâtre de l’île d’Orléans pour présenter ses productions en 2013, 2014 et 2015. Une pause de trois ans a suivi.

« Il y a eu ensuite une pause de trois ans pour prendre un peu de repos, faire une remise en question et réfléchir à un nouveau modèle d’affaires », a expliqué le directeur artistique Carol Cassistat, lors d’un entretien.

La Fenière a un désir de continuer à créer des comédies avec du rire intelligent, sensible et sans aller en bas de la ceinture.

« On joue souvent, dans les théâtres d’été, les mêmes textes revampés. Notre objectif est de renouveler la clientèle et aller chercher un public plus jeune et de jeunes familles », a-t-il dit.

La Fenière s’installera à LaScène Lebourgneuf avec onze représentations de la pièce ELEKTRO, entre le 25 juillet et le 24 août.

LaScène Lebourgneuf
Photo courtoisie
LaScène Lebourgneuf

Il s’agit de la première création théâtrale pour les auteurs Anne Bernard-Lenoir et Olivier Challet.

Une comédie satirique

Quebec
Photo courtoisie

 

ELEKTRO est une comédie qui pose un regard satirique sur la société de consommation, le couple, le bonheur, le luxe, la modernité, l’amour, la liberté et l’espoir.

« On voulait, avec ce texte, faire une critique de la société de consommation. Et on avait envie que ça se déroule dans un lieu original et différent du salon et de la cuisine. On a eu l’idée du magasin d’électroménagers », a fait savoir Olivier Challet.

« Un réfrigérateur est un bien de base qui peut être vendu comme un bien de luxe. Tu peux, pour 10 000 $, en avoir un qui fabrique des glaçons en forme de diamants », a fait remarquer Anne Bernard-Lenoir concernant cette démesure.

La pièce met en scène un homme et une femme qui se rencontrent dans un magasin d’électroménagers haut de gamme. Ils attendent chacun leur conjoint. Cette période d’attente les amènera à un échange satirique sur le luxe et la consommation.

La distribution de la pièce, mise en scène par Carol Cassistat, sera dévoilée plus tard.

ELEKTRO pourrait se poursuivre au-delà des onze représentations. Des dates ont été réservées pour d’éventuelles supplémentaires.

La Fenière pourrait poursuivre cette association avec LaScène Lebourgneuf. On y retrouve un vaste stationnement gratuit et la salle compte 180 sièges, qui, comme l’a précisé Carol Cassistat, sont confortables comme ceux d’une salle de cinéma.

« Cette première expérience va nous permettre de voir si le mariage est bon », a-t-il lancé.


► Les billets pour ELEKTRO sont en vente sur le site Web de La Fenière à l’adresse lafeniere.ca.