/misc
Navigation

Noël en shorts et en gougounes

mm
Illustration Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Eh oui, Joyeux Noël tout le monde ! C’est probablement le vœu le plus sincère que je fais de l’année et je vous souhaite vraiment d’en passer un beau. En même temps, ça me fait drôle de vous écrire ça pendant que je suis dans un aéroport de Cuba en attendant mon vol de retour. En fait, c’est la première fois que je transmets mes vœux en shorts et en gougounes.

Ce voyage m’a permis d’apprendre à mieux relativiser les choses, grâce aux paroles d’une chère dame qui ne m’a jamais dit son nom.

C’est la première fois que je viens à Cuba. La raison de mon voyage, c’est qu’on m’a engagé pour faire un show dans un resort pour des Québécois.

Je suis probablement venu dans les Caraïbes une bonne douzaine de fois, principalement au Mexique et en République dominicaine. La raison pour laquelle je ne me suis jamais posé sur l’île de Che Guevara, c’est que j’ai toujours entendu des commentaires mixtes de ceux qui y sont venus, principalement à propos de la bouffe.

La bouffe cubaine

Dans l’avion, je me croisais les doigts en me disant : « Je me fous du reste, tant que je peux bien manger. » Ç’a l’air que j’ai pas croisé mes doigts assez fort. C’était loin d’être affreux – juste très ordinaire avec comme thématique principale le manque de saveur. Ajoute certains petits irritants comme la pénurie de serviettes propres et, du coup, mon côté chialeux avait tout ce dont il avait besoin pour alimenter sa rogne.

À un certain moment, pendant que je marchais sur le bord de la piscine, une dame du Québec me demande comment je trouvais mon voyage et c’était juste assez pour que je vide mon sac en commençant par : « Sincèrement, je m’attendais à mieux... »

C’est là qu’elle m’a répondu : « J’imagine que vous êtes habitué à un autre genre de jet set... » Bang !!! En plein dans les dents du clown.

Le pire, c’est qu’elle n’était aucunement sarcastique, elle se posait juste la question. Mais c’était exactement la belle gifle dont j’avais besoin pour remettre les choses en perspective.

La raison pour laquelle ma vie est si belle depuis quelques années, c’est que je ne tiens plus les choses pour acquises. J’en faisais même une mission. Lorsque tu as tout perdu ou presque et que tu retrouves les cadeaux de la vie, crois-moi que tu les tiens serrés et tu apprends à ne justement plus les tenir pour acquis.

J’ai recroisé cette dame quelques jours plus tard et j’étais tellement content de pouvoir la remercier de m’avoir rappelé que je risquais de retomber dans mes vieux patterns.

Dans quelques jours, c’est Noël. On a probablement tous dépensé trop d’argent comme d’habitude dans un mélange d’amour et de « pas le choix sinon ça va chialer », mais je me demande si on ne passe pas à côté de ce qu’est un vrai cadeau.

Ce que cette dame m’a dit n’avait pas d’emballage ni de ruban, mais je suis sûr qu’il n’y a rien que je pourrais acheter qui aurait le même impact dans ma vie.

Du temps en cadeau

Ma fille Livia m’a dit cette semaine : « À partir de maintenant pour Noël, on devrait s’offrir du temps, que nos cadeaux soient des rendez-vous que l’on se donne en famille pour la prochaine année. » J’adore !

Et cette idée géniale s’ajoute à cette belle leçon de vie que cette chère dame m’a donnée sur le bord d’une piscine et je me promets qu’avant même de penser aux choses que je n’ai pas encore, de faire d’abord l’inventaire de tout ce que je suis chanceux d’avoir.

Joyeux Noël tout le monde !