/investigations/truth
Navigation

Pas si vite, M. Caire

assermentation CAQ
Photo d'archives, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Débusquer les fausses nouvelles, vérifier les déclarations des politiciens, trouver les vrais chiffres : les recherchistes de notre Bureau d’enquête, basées à Montréal, Québec et Ottawa, se spécialisent dans l’art de rétablir les faits. Chaque samedi, elles vous présentent leurs trouvailles pour vous permettre d’y voir plus clair dans l’actualité de la semaine.

L’ÉNONCÉ

La Coalition avenir Québec (CAQ) promettait en campagne électorale de « réduire la bureaucratie et le gaspillage au sein de l’État ». Les mesures combinées permettraient de réaliser des économies de 800 M$.

En avril, la CAQ estimait notamment que la numérisation de l’ensemble des services administratifs du gouvernement permettrait, d’ici quatre ans, « d’économiser au minimum 10 M$ par année. »

« Il y a un coût récurrent à ne pas faire la numérisation », affirmait d’ailleurs mardi Éric Caire, ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale.

LES FAITS

Oui, il y a un coût à ne pas numériser, mais avant de pouvoir économiser de l’argent, le gouvernement devra investir massivement dans de nouvelles infrastructures numériques. Or, aucun montant n’a été prévu en ce sens dans le cadre financier de la CAQ.

La numérisation est loin d’être à coût nul. Par exemple, le Plan pour moderniser le système de justice, annoncé au printemps dernier, représente un investissement de 500 M$ pour les cinq prochaines années. 

Cette somme servira notamment à numériser les dossiers judiciaires. La numérisation de l’ensemble du gouvernement risque donc de coûter beaucoup plus cher que les 10 M$ que la CAQ espère pouvoir économiser annuellement d’ici quatre ans.

« Il y a un investissement initial à faire pour passer de cette situation [actuelle] à une situation entièrement numérique, mais à terme, ce sera des économies », a d’ailleurs reconnu M. Caire, mardi.