/misc
Navigation

Nos auteurs

Sarah Bélisle

Bulletin de fin de session

Coup d'oeil sur cet article

La CAQ a fait l’histoire en remportant une écrasante victoire électorale, puis a mis en marche certains éléments de son programme au cours d’une courte session parlementaire. Ces deux semaines auront constitué une pratique générale en vue de la prochaine année, alors que libéraux, péquistes et solidaires ont aussi eu l’occasion de se faire les dents face au gouvernement. L’heure est aux bilans !


François Legault, CAQ

Photo d’archives, Pierre-Paul Poulin

★★★★

Le chef de la CAQ a mené ses troupes à une victoire éclatante et a formé un gouvernement majoritaire qui bénéficie de quatre ans pour concrétiser ses engagements. Son style proche du peuple et la carte de l’humilité jouée dans ses discours ont plu. Il a mis en marche une réduction souhaitable du fardeau fiscal des contribuables.


Pierre Arcand, PLQ

Photo d’archives, Jean-François Desgagnés

★★★

Le chef libéral intérimaire possède l’attitude rassurante et rassembleuse pour tenir les rênes alors qu’une course à la direction se mettra en branle. Il a compris que la CAQ bénéficie d’une lune de miel et qu’il était inutile de trop en faire. Le vétéran devrait néanmoins se montrer plus dynamique.


Pascal Bérubé, PQ

Photo d’archives Agence QMI, Simon Clark

★★½ 

Habituellement un gentleman, le chef péquiste par intérim a commis un faux pas étonnant en empêchant François Legault de formuler ses vœux de Noël aux Québécois une journée avant la fin de session. Un important défi l’attend en 2019, alors que le PQ s’est retrouvé dans l’ombre de QS, omniprésent sur la place publique.


Gabriel Nadeau-Dubois, QS

Photo d’archives, Jean-François Desgagnés

★★★★

Manon Massé a commis un écart langagier au Salon bleu en pleine commémoration de la tragédie de la polytechnique et Catherine Dorion a fait parler d’elle pour ses tenues et ses vidéos. GND a déposé un projet de loi qui forcerait les élus à plus de transparence, a commenté le comportement de ses collègues sans langue de bois et démontre qu’il est possible de défendre des idées audacieuses en restant « classe ».


Geneviève Guilbault, CAQ

Photo d’archives Agence QMI, Simon Clark

★★★★

La ministre de la Sécurité publique affiche une maîtrise totale en toute circonstance et devient une valeur sûre pour communiquer des messages du gouvernement. Il est probable qu’elle sera appelée à jouer ce rôle à travers sa fonction de vice-première ministre.


MarieChantal Chassé, CAQ

Photo d’archives, Jean-François Desgagnés

★★

La ministre de l’Environnement a une lourde tâche sur les épaules. Elle doit convaincre la population de la sincérité de son gouvernement en matière de réduction des GES, mais a paru incapable de communiquer ses idées. La ministre ne pourra continuer d’être un mystère, sans quoi le gouvernement Legault en souffrira.


Guy Ouellette, indépendant

Photo d’archives Agence QMI, Simon Clark

Rarement a-t-on vu un député plongé dans une telle situation surréelle. Alors qu’il faisait campagne pour le PLQ dans Chomedey, notre Bureau d’enquête a révélé qu’il avait coulé de l’information compromettante pour les libéraux à des partis d’opposition. Résultat : il a été élu, mais a été chassé du caucus à la première occasion. Il a fui les médias depuis et a été assermenté en privé.