/opinion/columnists
Navigation

Nous avons trahi les Kurdes

SYRIA-CONFLICT-Syria-conflict-IS
Photo AFP Des combattants kurdes célèbrent leur victoire contre l’ÉI après la prise de Hajin, fief de l’organisation djihadiste, le 14 décembre en Syrie.

Coup d'oeil sur cet article

2019 est une année de tous les dangers pour les Kurdes de Syrie. Ils avaient forcé le respect et l’admiration par leur courage et leur détermination à combattre les djihadistes de l’État islamique (ÉI).

Les États-Unis et leurs alliés avaient jeté leur dévolu sur ce brave peuple pour les protéger de la menace islamiste. Avec des armes rudimentaires et une détermination à déplacer les montagnes, ils avaient réussi à traquer les soldats de l’ÉI jusque dans leurs derniers retranchements.

Un combat au sol que les forces spéciales américaines et européennes n’osaient pas livrer. Les femmes kurdes, en particulier, se sont révélées de redoutables guerrières.

Une nation sans État

Le 11 décembre 2017, j’avais consacré ma chronique à l’une d’elles, Rojda Felat.

« Surnommée la “Napoléon” kurde, elle a dirigé le commandement militaire de 45 000 combattants dans l’une des offensives les plus périlleuses contre Daech, qui a mené, à l’aide de la Coalition internationale, à la libération de Raqqa, le 17 octobre dernier. »

Aujourd’hui, ce peuple vulnérable a été lâchement abandonné, par un simple tweet, du président Trump, qui a annoncé, le 18 décembre dernier, le retrait unilatéral des troupes américaines en Syrie, ce qui a conduit à la démission de son Secrétaire à la Défense, Jim Mattis.

Les Kurdes sont une nation sans État que l’histoire a morcelée dans quatre pays distincts, un obstacle majeur à la réalisation de leur rêve d’un Kurdistan indépendant, une promesse non tenue par les puissances occidentales.

Ils seraient entre 36 et 45 millions, selon l’Institut kurde de Paris, principalement en Turquie (15 à 20 millions), l’Iran (10 à 12 millions), l’Iraq (8 à 8,5 millions) et la Syrie (3 à 3,6 millions).

Objets de persécution, voire de génocide, ils auraient sombré dans l’assimilation, n’eût été leur farouche attachement à leur identité nationale.

Un marché de dupes

Donald Trump peut bien se targuer d’avoir gagné la guerre contre l’ÉI, mais c’est un leurre. Les vrais gagnants de ce marché de dupes sont la Russie, la Turquie, l’ÉI et Bachar Al Assad.

En sacrifiant les Kurdes sur l’autel de sa réconciliation avec le président turc, Recep Tayyib Erdogan, Donald Trump les livre à leur ennemi juré, qui rêve de les effacer de la carte.

Les Américains sont en train de répéter les mêmes erreurs qu’ils ont faites en Iraq et qui ont donné naissance à l’émergence du khalifat islamique.

Loin de disparaître, l’ÉI est en train de s’internationaliser tout en renforçant ses bases au Moyen-Orient, en Afghanistan et au Sahel.

L’Europe est également sur la ligne de front. En plus d’être le terrain à de futurs attentats, elle doit affronter le retour de ses centaines de djihadistes que les Kurdes ne peuvent désormais garder dans leurs prisons de fortune.

Clairement, nous avons trahi les Kurdes. 2018 aura été pour eux une annus horribilis. Le pire est à venir. Quelle tristesse !

Joyeux Noël, tout de même !