/entertainment/stage
Navigation

Des «investisseurs» séduits

Le spectacle immersif et interactif Elix, créé par le studio Noctura, a été une réussite totale

Coup d'oeil sur cet article

Deux chercheurs effectuent, dans une salle, des réglages sur un robot à l’apparence humaine. Tout autour, des spectateurs observent la scène et poseront certains gestes qui modifieront le déroulement de l’histoire.

Bienvenue dans l’univers d’Elix, un spectacle immersif et interactif mis sur pied par le studio de design expérientiel Noctura.

Elix, une pièce de théâtre de trente minutes, a été présentée une vingtaine de fois, sous forme de laboratoire, les 18 et 19 novembre, à la Bordée.

Les participants, par petits groupes de dix, ont pénétré dans l’édifice du quartier Saint-Roch par la porte arrière du bâtiment. Le spectacle déambulatoire se déroulait à différents endroits dans le théâtre, mais jamais dans la salle principale.

Après avoir reçu les consignes et une veste de type sac à dos, permettant de ressentir certains effets sensoriels, selon le déroulement de l’histoire, les spectateurs étaient plongés dans un univers futuriste à la Westworld.

Westworld est une série télé de HBO qui se déroule dans un « parc d’attractions » où les gens peuvent vivre leurs envies et des aventures dans un monde peuplé de robots à l’apparence humaine.

Les participants de l’aventure Elix jouent le rôle d’investisseurs souhaitant mettre de l’argent dans une compagnie qui fabrique des robots identiques à des humains.

Les spectateurs peuvent intervenir à tout moment en posant des questions lors de la visite de l’entreprise, où tout est loin d’être parfait. Les questions et les gestes posés par les participants ont une incidence sur le déroulement de l’action. Ils peuvent aussi vivre l’expérience de façon tout à fait contemplative.

Évolution et futur

Le directeur de création Dave Massicotte est satisfait de cette première expérience qui mettait en vedette les comédiens Claude Breton, Gabriel Cloutier-Tremblay, Paul Fruteau De Laclos, Blanche Gionet-Lavigne, Lauren Hartley et Nicolas Létourneau, dans une mise en scène de Charles-Étienne Beaulne.

« Les gens nous ont tous dit qu’ils en auraient pris plus que les 30 minutes qui étaient proposées. C’est clairement positif », a-t-il indiqué, lors d’un entretien.

Contrairement à l’expérience immersive Sleep No More, présentée à New York et à Londres, où les spectateurs sont voyeurs, Elix n’est pas seulement une expérience contemplative. « Les participants peuvent interagir et changer le déroulement de l’histoire. La fin n’était jamais semblable », a fait savoir Dave Massicotte.

Noctura a l’intention de poursuivre dans cette direction, de faire évoluer ce concept et de créer d’autres univers immersifs. Les possibilités sont multiples. L’objectif ultime étant de créer des spectacles qui pourraient être présentés, un jour, un peu partout dans le monde.

« À un autre niveau »

La période de laboratoire est terminée, et la boîte de création de Québec aimerait produire un ou deux spectacles du même genre, complets, en 2019.

« C’est quelque chose qui n’existe pas et on veut amener ça à un autre niveau », a précisé Dave Massicotte.

Noctura a l’intention de s’installer quelque part à Québec où il pourrait offrir ce genre d’aventure pendant un certain temps.

« On vise aussi des villes comme Montréal et Toronto et les États-Unis. On va y aller petit pas par petit pas », a-t-il mentionné.