/news/health
Navigation

Un cadeau avant Noël qui change une vie

Une chambre hyperbare offerte à un ado souffrant de paralysie cérébrale

Atteint de paralysie cérébrale depuis sa naissance, Vincent Labbé, 13 ans, a récemment reçu sa propre chambre hyperbare.
Photo Jean-François Desgagnés Atteint de paralysie cérébrale depuis sa naissance, Vincent Labbé, 13 ans, a récemment reçu sa propre chambre hyperbare.

Coup d'oeil sur cet article

Atteint de paralysie cérébrale, un garçon de 13 ans a récemment reçu un véritable cadeau de Noël avant le temps, qui a changé sa vie.

D’une valeur de 25 000 $, sa nouvelle chambre hyperbare ne se trouvait naturellement pas sur sa liste de cadeaux au père Noël.

Heureusement, les traitements d’oxygénothérapie ont changé la vie de Vincent Labbé, si bien qu’il ne pourrait aujourd’hui s’en passer.

« Même si je savais que des traitements hyperbares pouvaient améliorer son état, jamais je n’aurais pu payer un tel montant », admet sa mère, Marie-Lou Ferland.

C’est grâce à une collecte de fonds, organisée par l’employeur de Mme Ferland, la Caisse populaire Desjardins de Québec, que Vincent peut aujourd’hui jouir d’une meilleure qualité de vie.

« Mon patron organisait des dîners avec son équipe pour qu’elle apprenne à le connaître. Je lui ai parlé de mon fils, et, tout de suite, il m’a proposé de faire une collecte de fonds », explique sa mère.

« Au début, je n’y croyais pas ! » lance-t-elle, reconnaissante.

Vincent Labbé avec sa mère Marie-Lou Ferland.
Photo Jean-François Desgagnés
Vincent Labbé avec sa mère Marie-Lou Ferland.

Avant même que l’objectif des 25 000 $ soit atteint, l’entreprise Oxysoins, spécialisée en chambres hyperbares, a décidé de lui installer gracieusement la chambre à la maison.

« Pour nous, c’était naturel. Nous l’avons fait pour Vincent », affirme la copropriétaire d’Oxysoins, Isabelle Meilleur.

« Ça améliore ma vie »

« J’étais très content. Ça améliore ma vie », se réjouit le jeune homme, qui, dès les premiers traitements d’oxygénothérapie, a immédiatement senti les effets positifs.

« Ça diminue les tremblements, ça m’aide aussi pour mon élocution, et je salive moins », explique l’adolescent, les yeux brillants.

Chaque soir, en revenant de l’école, Vincent se réfugie dans « sa tente » pendant une heure.

« Je ne peux pas dire que ça me tente toujours d’aller faire les soins, mais je sais que ça m’aide », dit le jeune homme.

Même s’il est conscient que sa paralysie cérébrale le différencie de ses compagnons de classe, ses traitements en chambre hyperbare l’aident en quelque sorte à réaliser son plus grand souhait, soit celui de « faire comme les autres ».

« Le plus dur, c’est de demander à quelqu’un de faire quelque chose à ma place. Et, quand la personne arrive, c’est facile pour elle, mais difficile pour moi », dit le garçon, résilient et persévérant.

« Vincent ne peut pas faire de sport de compétition, par exemple, ni écrire, ni tout ce qui demande de la motricité fine, mais il n’en parle pas, il ne s’en plaint jamais », confie sa mère.

Donner au suivant

Pour « donner au suivant », Mme Ferland veut partager « ce cadeau de la vie » avec d’autres parents d’enfants atteints de paralysie cérébrale.

« Si quelqu’un veut venir chez moi faire un traitement, je n’ai aucun problème. Si je peux aider d’autres gens, je suis très ouverte », déclare Mme Ferland.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.