/news/provincial
Navigation

10 grands projets pour Québec

Des initiatives liées aux transports retiendront notamment l’attention

Coup d'oeil sur cet article

Plusieurs projets seront à surveiller de près, à Québec, en 2019. Le Journal fait le point sur dix d’entre eux.

Le Phare

Photo DIDIER DEBUSSCHERE

Le mégaprojet du Groupe Dallaire va comprendre quatre tours, dont une de 65 étages, à Sainte-Foy. Alors que l’année 2018 a été consacrée aux consultations, sous l’égide du promoteur et de la Ville de Québec, la construction du Phare débutera en 2019, probablement au printemps. Plusieurs voix opposées au Phare se sont fait entendre ces derniers mois. Certains ont pointé le gigantisme du projet qui serait disproportionné pour une ville de la taille de Québec. D’autres craignent que la dizaine d’années de travaux deviennent un cauchemar du côté de la circulation routière. L’administration municipale y voit plutôt un projet distinctif de la capitale. On insiste également pour dire qu’il s’agit d’un investissement privé de 755 millions $ qui apportera son lot de taxes municipales. Sur la photo, Michel Dallaire du Groupe Dallaire.

Transport structurant

Photo courtoisie, Ville de Québe

Lancé en grande pompe en mars 2018, le projet de 3,3 milliards $ d’un réseau de transport structurant comprend un tramway, un trambus, des voies réservées et des stationnements incitatifs. Environ 3 milliards $ viendront des deux paliers de gouvernements supérieurs. Le nouveau gouvernement de la Coalition Avenir Québec (CAQ) a confirmé sa participation au projet tout en indiquant qu’il sera interconnecté à la Rive-Sud. De son côté, le gouvernement fédéral a également promis d’être au rendez-vous. Les années 2019 - 2021 vont correspondre aux étapes de la conception, des plans et devis et des autorisations environnementales pour le réseau de Québec. La construction doit se faire entre 2022 et 2026.

Grand Marché

Situé dans le Pavillon du commerce d’ExpoCité, il sera officiellement inauguré au printemps 2019. Il coûtera 24,8 millions $, soit 3 millions $ de plus que prévu initialement. Le Grand Marché comprendra 20 stands permanents, une centaine d’étals saisonniers et 30 espaces commerciaux proposant des produits préparés sur place, des livres et des articles de cuisine. Aussi, il « proposera une offre variée, distinctive et boréale de produits frais, de fruits, de légumes, de produits exotiques ainsi que de produits spécialisés (boulangerie, chocolaterie, brasserie du marché, brûlerie et cabane à sucre). L’offre sera sans cesse renouvelée selon les saisons et les arrivages », explique-t-on. Le marché saisonnier, qui sera une vitrine du Grand Marché, demeurera finalement sur le site du marché du Vieux-Port.

Pont de Québec

Photo JEAN-FRANCOIS DESGAGNES

Les années se suivent et se ressemblent pour cette vénérable infrastructure patrimoniale désespérément rouillée. Les discussions entre le gouvernement fédéral et le Canadien National (CN) (propriétaire du pont depuis 1993) se poursuivent. L’idée d’une reprise du pont par Ottawa est dans l’air depuis quelque temps. Lors du scrutin de 2015, les libéraux fédéraux avaient promis de régler le dossier avant la date butoir du 30 juin 2016. En cette année d’élection fédérale, plusieurs — dont le maire Labeaume — pensent que ce dossier pourra connaître un dénouement heureux. En 2018, un rapport du ministère des Transports du Québec contenait plus de 900 photos de corrosion des pièces du pont. À Québec et à Ottawa, les responsables gouvernementaux jurent en chœur que l’infrastructure est sécuritaire.

Le troisième lien

Photo JEAN-FRANCOIS DESGAGNES

Les choses devraient être plutôt tranquilles du côté du troisième lien en 2019. La Coalition Avenir Québec a promis de commencer la construction d’un futur lien routier entre Lévis et Québec pendant son premier mandat, soit d’ici 2022. Dès son entrée en poste, le ministre des Transports, François Bonnardel, a modifié le mandat du bureau de projet pour centrer l’étude de faisabilité uniquement sur un tracé à l’est. Mais il a également avisé qu’aucune décision ne serait prise sur cette infrastructure majeure avant environ trois ans. Pendant les 30 à 36 prochains mois, le bureau de projet du troisième lien, qui est maintenant en discussion constante avec celui du pont de l’île d’Orléans, étudiera la question et rendra ensuite ses conclusions.

La phase 3 de la promenade Samuel-de Champlain

Photo courtoisie, Ville de Québe

C’est finalement là que sera aménagé le miroir d’eau que le maire Régis Labeaume avait dans sa mire depuis plusieurs années. 2019 marquera le début du chantier de la phase trois de la promenade Samuel-de Champlain. Cet aménagement salué de toutes parts qui se situe en bordure du fleuve entre les ponts et la côte de Sillery se prolongera pour une troisième phase de 2,5 km jusqu’à la côte Gilmour. Selon l’échéancier prévu, les travaux préparatoires se dérouleront jusqu’en mars. Ensuite, on entamera la construction de la nouvelle section de la promenade. Outre le miroir d’eau, celle-ci comprendra une plage naturelle, une descente pour les petites embarcations, un bassin de baignade, des jeux d’eau et un pavillon des baigneurs, entre autres. Un projet de 171 millions $. L’ouverture est prévue pour 2022.

Le Centre de glaces

Photo courtoisie, Ville de Québe

Les travaux sont bien entamés au futur Centre de glaces de Sainte-Foy. Le long de l’autoroute Henri-IV, les camions s’activent pour construire les fondations du bâtiment qui sera adjacent à l’aréna de Sainte-Foy qui compte déjà deux glaces. 2019 sera donc essentiellement une année de construction pour ce projet qui était dans l’air depuis plusieurs années. On bâtira un complexe qui abritera le centre d’entraînement Gaétan-Boucher, un anneau de glace olympique, deux patinoires et une piste pour la course à pied. Il y aura également des sentiers extérieurs pour le jogging. La Ville prévoit que les travaux s’échelonneront jusqu’en 2020 et que l’équipement sera prêt pour la saison 2020-2021. Le budget total du projet est de 68,7 M$.

La centrale de police

Il y a fort à parier que le projet de nouvelle centrale de police connaîtra une avancée significative en 2019. Après le cafouillage de cette année, alors que le projet de réorganisation de la police est passé de 40 M$ à 72 M$, la Ville est maintenant en négociation pour l’achat d’un nouveau terrain, et 16 lots sont dans la mire. Le lot de Lebourgneuf, qui avait été acheté pour loger le bâtiment, avait dû être abandonné parce qu’il s’était finalement avéré trop restreint. Cette crise politique a même eu raison du bras droit du maire, Jonatan Julien, qui, blâmé publiquement, a remis sa démission. L’opposition à l’hôtel de ville réclame un comité plénier sur le dossier, mais le maire, Régis Labeaume, a affirmé en fin d’année que la séance ne se tiendrait pas avant que le nouveau terrain ne soit acheté.

Un centre de 125 M$

La Ville de Québec entamera en 2019 la construction du Centre de biométhanisation, un projet total de 124,5 millions $. La mise en service est prévue en 2021-2022.

Centre de prédédouanement

Les travaux pour la construction de ce Centre, censé faciliter la vie aux voyageurs vers les États-Unis, ne devraient finalement pas commencer au printemps 2019. Pourtant, c’était là l’espoir exprimé par les responsables de l’aéroport de Québec.