/opinion/columnists
Navigation

Année mouvementée en vue aux États-Unis

Coup d'oeil sur cet article

Si l’année politique qui vient de se terminer aux États-Unis vous a étourdi, accrochez bien votre tuque, car celle qui commence risque d’être encore plus riche en rebondissements.

Le président Trump l’a hurlé tout en majuscules dans ses vœux du Nouvel An sur Twitter : il faut se préparer à toute une balade en 2019.

Ce sera vrai pour lui aussi, alors qu’il sera talonné par les enquêtes et enterré sous les révélations embarrassantes. Chaque jour, il cherchera à éteindre un nouveau feu qu’il aura lui-même allumé.

Donald Trump parviendra-t-il à survivre politiquement à 2019 ?

Quatre impondérables

La réponse dépend de quatre paramètres plus ou moins prévisibles : les enquêtes, l’économie, l’environnement international et l’impétueux tempérament du président (responsable notamment de l’actuelle paralysie du gouvernement).

Du rapport Mueller, on en sait déjà suffisamment pour prédire qu’il sera compromettant pour le président. Si rien de nouveau n’apparaît, Trump sera dans l’eau chaude, mais son avenir politique dépendra surtout des trois autres facteurs.

Beau fixe

Si les enquêtes font chou blanc, l’économie maintient une forte croissance, la situation internationale ne s’envenime pas et l’organisation de la Maison-Blanche ne sombre pas dans le chaos, tous les espoirs sont permis pour Trump.

Ce scénario optimiste pour Trump en 2019, s’il s’étend en 2020, rendrait possible un second mandat, surtout si les démocrates parviennent à dilapider leur avance dans l’opinion.

Si Donald Trump émerge indemne de 2019, ceci ferait de 2020 une élection « normale » qu’un président en exercice aurait d’assez bonnes chances de gagner.

Turbulences

Il serait toutefois étonnant que tout reste au beau fixe pour Donald Trump.

Plus probablement, les enquêtes en cours et celles que mènera la majorité démocrate à la Chambre des représentants déstabiliseront encore davantage une administration déjà chancelante.

Les révélations qui s’empileront sur Trump testeront sévèrement ses capacités limitées de contrôler son tempérament. Chaque nouvelle révélation rapprochera Washington d’une crise qui pourrait dépasser en ampleur celle du Watergate.

À moins qu’on ne découvre le proverbial pistolet fumant, toutefois, il sera difficile pour les démocrates de convaincre 20 sénateurs républicains de destituer Donald Trump si l’économie, la politique étrangère et l’administration vont bien.

La tempête

En 2019, si les enquêtes piègent Trump, l’économie tombe en panne, la politique étrangère déraille ou la Maison-Blanche perd la boule, l’appui à Donald Trump tombera et certains sénateurs républicains préféreront saborder sa présidence plutôt que de s’associer à lui en 2020.

Si tout cela arrivait en même temps, ce serait la tempête parfaite et le président pourrait bien ne pas s’en tirer.

Au mieux, si des membres de sa famille font face à la prison, Trump pourrait leur accorder le pardon et démissionner en échange d’une promesse de pardon du vice-président Pence. Au pire, Trump pourrait s’obstiner et précipiter une crise qui entraînerait le Parti républicain dans sa chute.

Si l’année 2018 a été chaotique aux États-Unis, on s’en souviendra probablement dans douze mois comme du calme avant la tempête.