/news/currentevents
Navigation

Deux morts à Fermont durant une intervention policière: le BEI mène l'enquête

L’hypothèse du meurtre suivi du suicide est étudiée

Opération policière Fermont
Photo courtoisie Après avoir battu en retraite, les policiers sont retournés à l’intérieur de la résidence, où ils ont trouvé les corps de Steve Sinclair et de Josée Savard .

Coup d'oeil sur cet article

Un homme de 65 ans et une femme de 42 ans sont décédés dans ce qui a les apparences d’un meurtre suivi d’un suicide à Fermont, vendredi, entraînant un déploiement policier d’envergure dans cette petite municipalité minière de la Côte-Nord.

Les policiers de la Sûreté du Québec (SQ) se sont présentés dans une résidence de la rue du Lac après avoir reçu un appel d’urgence vers 5 h. Une personne affirmait être « criblée de balles » et n’avoir que « peu de temps à vivre ».

Selon le récit des autorités, un homme, à l’intérieur, a imploré les agents de défoncer la porte, ce qu’ils ont fait. Les policiers n’ont eu que le temps de voir une personne assise avant qu’un coup de feu soit tiré.

Ils ont quitté la maison, craignant d’avoir affaire à une personne barricadée et lourdement armée. Les résidents du secteur ont été confinés dans leur demeure.

« Les policiers demandaient de rester à l’intérieur et de se tenir loin des fenêtres », a raconté au Journal un voisin de la rue du Lac.

Après avoir encerclé la propriété pendant près de cinq heures, les policiers sont entrés et ont trouvé les corps inanimés des deux personnes.

Appel à l’aide

L’homme décédé a été identifié par des résidents de Fermont comme étant Steve Sinclair. Selon nos informations, il travaillait pour la compagnie minière ArcelorMittal et il résidait à Fermont depuis une dizaine d’années. C’est lui qui aurait lancé un appel à l’aide, communiquant d’abord avec son employeur, qui aurait ensuite alerté les policiers.

Steve Sinclair
Photo tirée de Facebook
Steve Sinclair

ArcelorMittal, un employeur important dans la région, n’a pas voulu confirmer ou infirmer ces informations, mais a précisé que de l’aide psychologique est offerte à son personnel et que l’entreprise collabore pleinement à l’enquête policière.

Josée Savard
Photo tirée de Facebook
Josée Savard

La seconde victime est Josée Savard, a rapporté TVA Nouvelles. La chaîne d’information, citant des sources policières, a aussi avancé que la thèse du meurtre suivi du suicide est privilégiée à l’heure actuelle.

Circonstances nébuleuses

Les circonstances des deux décès demeuraient cependant très nébuleuses, vendredi. Le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI), chargé des communications pour cet événement, ne pouvait préciser le lien qui unit les deux victimes, ou qui serait l’auteur des coups de feu. La possibilité qu’un troisième suspect soit impliqué n’est d’ailleurs pas exclue encore.

Comme c’est le cas chaque fois qu’un civil décède en présence de policiers, le BEI a ouvert une enquête. Celle-ci se concentrera uniquement sur les gestes posés par les policiers de la SQ.

Pour cette raison, c’est le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) qui sera responsable d’établir la séquence exacte des événements et les circonstances du drame.

Des enquêteurs du module des crimes majeurs du service de police municipal se sont envolés pour Fermont vendredi soir.