/misc
Navigation

Voici notre résumé de la saison fantasy football 2018

Alvin Kamara
Montage ML Alvin Kamara

Coup d'oeil sur cet article

La campagne fantasy 2018 est maintenant chose du passé et l’heure est au bilan. Fort heureusement, on peut se consoler avec les séries éliminatoires de la NFL. Voici donc ce qui a retenu l’attention en fantasy football lors de la dernière saison.

Les prodiges

Porteurs

Todd Gurley (LAR): Même en ratant les deux derniers matchs de la saison, il a réussi à finir premier porteur fantasy avec un remarquable total de 21 touchés.

Todd Gurley
Photo d'archives, AFP
Todd Gurley

Christian McCaffrey (CAR): Quelle saison il a connue en terminant troisième parmi les porteurs en fantasy! Le record de 107 réceptions pour un porteur est impressionnant et il a fait taire les critiques qui disaient que son petit gabarit ne pourrait encaisser les rigueurs d’une saison de la NFL dans le rôle de porteur de ballon numéro un.

Alvin Kamara (NO): Une deuxième gigantesque saison consécutive pour le porteur explosif des Saints. Il a terminé au quatrième rang des porteurs fantasy, tout juste derrière CMC. Même s’il a connu une légère baisse de production en seconde moitié de saison, il devrait être encore spectaculaire la saison prochaine.

Mentions honorables: Ezekiel Elliott (DAL) et Melvin Gordon (LAC)

Receveurs

Tyreek Hill (KC): Le receveur des Chiefs démontre bien la véracité de la maxime suivant laquelle on retrouve dans les petits pots les meilleurs onguents. Il a terminé au premier rang pour le nombre de points fantasy chez les receveurs. Il n’est pas nécessairement le receveur le plus constant, mais il est probablement le plus explosif.

Tyreek Hill
Photo d'archives, AFP
Tyreek Hill

Davante Adams (GB): Je m’attendais à une grosse saison pour le receveur des Packers, et il s'est montré à la hauteur en terminant dans le top-5 fantasy des receveurs. La mauvaise nouvelle, pour les partisans des têtes fromagées, est qu’il a été la seule menace aérienne de son équipe, mais, en fantasy, c’est très payant.

DeAndre Hopkins (HOU): Un autre joueur habitué à de grosses saisons fantasy. Il a encore été flamboyant en terminant lui aussi dans le top-5 fantasy des meilleurs receveurs. Peu importe qui lui lance le ballon, il est dominant.

Mentions honorables: Antonio Brown (PIT) et Julio Jones (ATL)

Quarts-arrières

Matt Ryan (ATL): Une saison difficile pour les Falcons avec une défensive horrible, mais cela a forcé Ryan à lancer le ballon à profusion. Avec un arsenal offensif aérien impressionnant, Ryan a terminé la saison au second rang pour le plus de points fantasy chez les quarts-arrières.

Matt Ryan
Photo d'archives, AFP
Matt Ryan

Andrew Luck (IND): Quelle saison Luck a connue avec les Colts! Il devrait être considéré comme candidat au titre de joueur le plus utile de la ligue. En terminant au quatrième rang fantsay, il a prouvé à tous qu’il est parfaitement remis de sa blessure à l’épaule et qu’il est tout simplement dominant comme pivot.

Drew Brees (NO): Il a terminé au septième rang pour le nombre de points fantasy, mais c’est principalement parce qu’il a manqué le dernier match de la saison, sans quoi il aurait fini dans le top-5. Régulier comme une horloge, il a connu une saison exceptionnelle avec un ratio de 32 passes de touché pour seulement cinq interceptions.

Mentions honorables: Ben Roethlisberger (PIT) et Deshaun Watson (HOU)

Ailiers rapprochés

Travis Kelce (KC): Il a tout simplement été exceptionnel cette saison avec les Chiefs et il a dominé à la position d’ailier rapproché en terminant au premier rang fantasy. Il est l’un des deux ailiers rapprochés à avoir réalisé plus de 100 attrapés durant le calendrier régulier.

Travis Kelce
Photo d'archives, AFP
Travis Kelce

Zach Ertz (PHI): L’ailier rapproché le plus occupé de la NFL, avec 116 attrapés pour la saison. Il représente une gigantesque proportion de l’offensive des Eagles. Il termine au troisième rang fantasy chez les ailiers rapprochés.

Eric Ebron (IND): Les Colts savaient ce qu’ils faisaient quand ils ont mis la main sur le gros ailier rapproché. Il a été dominant près de la zone payante avec 13 touchés pour la saison, le nombre le plus élevé chez les ailiers rapprochés. Une performance qui le place au quatrième rang fantasy à sa position.

Défensive top-3

Chicago: Quelle domination de la défensive des oursons, cette année! Ils ont terminé avec 45 points fantasy d’avance sur l’équipe la plus proche. La combinaison de 50 sacks et de 27 interceptions est tout simplement incroyable.

Baltimore: Une formation qui ne concède pas beaucoup de points à l’adversaire et qui a joué de l’excellent football défensif. Baltimore termine au second rang des meilleures défensives fantasy et le seul reproche que l’on puisse faire à cette défensive est le manque de revirements.

Houston: La troisième défensive fantasy cette saison. Évidemment, affronter les offensives des Jags et des Titans à quatre reprises durant l’année a beaucoup aidé à avoir de belles statistiques. Il demeure que la ligne défensive est très intimidante.

Les surprises

Porteurs

Saquon Barkley (NYG): On le savait plein de talent, mais de là à terminer au deuxième rang des meilleurs porteurs en fantasy, c’est extraordinaire. Même avec une ligne à l’attaque très ordinaire, il a été dominant et il compte 91 attrapés par la voie des airs. Assurément un choix de top-5 l’an prochain.

Saquon Barkley
Photo d'archives, AFP
Saquon Barkley

James Conner (PIT): Tous les experts pensaient que Conner devrait redonner le poste de partant à Le’Veon Bell à un certain moment durant la saison. Ce n’est jamais arrivé et il a connu une très solide saison en se hissant au septième rang fantasy chez les porteurs de ballon. Il aurait probablement terminé dans le top-5 s’il n’avait pas raté quelques matchs en raison d’une blessure à une cheville.

Phillip Lindsay (DEN): Il est sorti d’un peu nulle part pour s’approprier le poste de partant chez les Broncos. Boudé lors du dernier repêchage de la NFL, il a connu une saison de plus de 1000 verges au sol.

Autres mentions: Nick Chubb (CLE), Chris Carson (SEA) et Tarik Cohen (CHI)

Receveurs

Adam Thielen (MIN): Après sa saison 2017-2018, je n’étais pas convaincu qu’il puisse continuer à s’imposer comme receveur de premier plan chez les Vikings, mais Thielen m’a fait mentir et a connu une autre solide saison qui le place au septième rang fantasy chez les receveurs. Il a cependant connu une deuxième moitié de saison beaucoup plus difficile.

Adam Thielen
Photo d'archives, AFP
Adam Thielen

Robert Woods (LAR): Avec la venue de Brandin Cooks comme agent libre chez les Rams, personne ne pensait que Woods obtiendrait de meilleures statistiques que son coéquipier cette saison, mais c'est pourtant ce qui s'est produit. Jouant dans une attaque aérienne redoutable, il a réussi à terminer dans le top-10 des meilleurs receveurs fantasy.

Tyler Lockett (SEA): Chez les Seahawks, Doug Baldwin est clairement le receveur numéro un, mais c’est Lockett qui s’est imposé cette saison. Il a réussi à trouver la zone payante à 10 reprises dans une attaque qui courait beaucoup, une performance étincelante.

Autres mentions: Calvin Ridley (ATL) et Kenny Golladay (DET)

Quarts-arrières

Patrick Mahomes (KC): À mon avis, il a été la plus grande surprise de la NFL. Il termine au premier rang fantasy chez les quarts-arrières avec 91 points fantasy d’avance sur son plus proche poursuivant! Une saison de 50 passes de touché est toujours exceptionnelle.

Patrick Mahomes
Photo d'archives, AFP
Patrick Mahomes

Jared Goff (LAR): Il a continué exactement là où il s'était arrêté la saison dernière et il a terminé au sixième rang fantasy parmi les pivots. La blessure du receveur Cooper Kupp a fait mal aux Rams et la deuxième moitié de saison a été nettement moins bonne que la première.

Baker Mayfield (CLE): Il a montré à tous qu’il était digne de son rang de sélection au repêchage et est maintenant le quart-arrière recrue qui a lancé le plus de passes de touché dans l’histoire de la ligue, 27. L’avenir semble rose à Cleveland.

Ailiers rapprochés

George Kittle (SF): Si on le connaissait très peu avant la saison, on sait maintenant que l’ailier rapproché sera à surveiller dans les prochaines années. Il a terminé au second rang fantasy à sa position et, vu son potentiel athlétique, il n’y a pas de plafond pour Kittle.

George Kittle
Photo d'archives, AFP
George Kittle

Jared Cook (OAK): Cook a été l’un des rares éléments productifs dans l’attaque des Raiders cette saison. Personne ne pensait que le vétéran serait en mesure de terminer dans le top-5 des meilleurs ailiers rapprochés fantasy. Comme quoi l’expérience a ses vertus.

Chris Herndon (NYJ): Sans être spectaculaire, Herndon a commencé à éclore en deuxième moitié de saison. Avec un Sam Darnold qui va continuer à s’améliorer comme quart-arrière, cela pourrait devenir un beau tandem dans les prochaines années chez les Jets.

Les déceptions

Porteurs

David Johnson (ARI): Dans son cas, terminer au 10e rang fantasy chez les porteurs est vraiment une catastrophe. Il a été l'un des cinq premiers choix de beaucoup de ligues et ses propriétaires ont regretté de l’avoir choisi aussi tôt. Une saison à oublier pour Johnson et les Cards.

David Johnson
Photo d'archives, AFP
David Johnson

Kenyan Drake (MIA): Il s’est fait voler le poste de partant par Frank Gore, qui n’est plus un jeunot. Une saison qui se dessinait nettement mieux pour Drake et les Dolphins.

Dalvin Cook (MIN): Plusieurs poolers ont choisi très tôt l’ancien prodige de Florida State. La déception s’est fait sentir lorsque Cook n’a pu obtenir mieux que le 31e rang fantasy chez les porteurs de ballon. Une saison à oublier.

Autres mentions: Lamar Miller (HOU) et Leonard Fournette (JAX)

Receveurs

Golden Tate (PHI): Certains pensaient que l’échange avec les Eagles relancerait sa saison, mais ce n’est pas ce qui s’est passé. Tate a eu de la difficulté à trouver la zone des buts et n'a visité la zone payante qu'à quatre reprises.

Golden Tate
Photo d'archives, AFP
Golden Tate

Kenny Stills (MIA): Quand Jarvis Landry est parti de Cleveland, plusieurs pensaient que Stills serait son digne successeur dans l’attaque des poissons, mais il n’a jamais réussi à s’imposer, avec une maigre récolte aérienne de 553 verges.

Larry Fitzgerald (HOU): Je trouve ça très «plate» de le placer ici, parce qu'il n'est pas tout à fait responsable de son piètre rendement. Avec un quart-arrière recrue et une ligne à l’attaque qui ne donne pas vraiment à son pivot le temps de lancer, Fitzgerald ne pouvait tout simplement pas avoir le ballon dans cette offensive. Cela explique sa production de 734 verges aériennes.

Autres mentions: Michael Crabtree (BAL) et Marvin Jones (DET)

Quarts-arrières

Tom Brady (NE): Sa production est loin d’être horrifique, mais peu d’experts pensaient que Brady serait à l’extérieur du top-10 des quarts-arrières fantasy. Brady a fini au 11e rang. La vérité est qu’il n’a pas donné, en fantasy, ce à quoi ses propriétaires sont habitués.

Tom Brady
Photo d'archives, AFP
Tom Brady

Marcus Mariota (TEN): Je comprends qu’il a composé avec des blessures pendant la saison, mais il n’est pas le seul. L’attaque aérienne fait peine à voir et je ne vois pas d’amélioration dans son jeu. Un pivot amorphe pour les Titans avec une carrière qui tarde à prendre son envol.

Derek Carr (OAK): Avec l’arrivée de Gruden à la barre de l’équipe, les partisans s’attendaient à une renaissance dans le jeu de Carr pour les Raiders. Il n’a pas fait si mauvaise figure sur le terrain, mais cela a été difficile en fantasy, où il a obtenu le 16e rang pour les pivots. Évidemment, il est difficile de performer quand on perd son receveur numéro un.

Autres mentions: Matthew Stafford (DET)

Ailiers rapprochés

Rob Gronkowski (NE): Gronk ne ressemblait pas, cette saison, au joueur qui faisait trembler les tertiaires de la NFL. Il n’a même pas terminé dans le top-10 des meilleurs ailiers rapprochés en fantasy, ne parvenant à se hisser qu'au 11e rang. Personne ne s’attendait à voir une aussi grande diminution de sa production offensive, mais il n'a marqué que trois touchés durant toute la campagne.

Rob Gronkowski
Photo d'archives, AFP
Rob Gronkowski

Jimmy Graham (GB): L’équation était facile à faire pour la haute direction de Green Bay quand les Packers ont acquis le gros ailier rapproché. Si on donne à Rodgers une grosse cible dangereuse près de la zone des buts, il va accumuler les touchés. La réalité a été différente, Graham ayant terminé avec seulement deux majeurs.

Evan Engram (NYG): Engram montrait de belles aptitudes l’an dernier. Cependant le retour d'OBJ et l’addition de Barkley ont fait mal à la distribution des ballons pour Engram. Étrangement, il a connu ses meilleurs moments lorsque OBJ était blessé, en fin de saison.

Autres mentions: Jordan Reed (WASH)