/news/education
Navigation

Au top du palmarès malgré des élèves en difficulté

Les commissions scolaires des Bois-Francs et de Charlevoix se démarquent grâce à de meilleures pratiques, selon un consultant en éducation

Palmarès des écoles
Photo d'archives, Andréanne Lemire Plusieurs écoles de la Commission scolaire des Bois-Francs offrent des programmes particuliers et des concentrations, comme l’école secondaire Le Tandem, à Victoriaville. Liam Charland, Médérick Michaud et Anaïs Gormley fréquentent cette école.

Coup d'oeil sur cet article

Des commissions scolaires qui accueillent une forte proportion d’élèves en difficulté arrivent en tête d’un palmarès élaboré pour Le Journal.

Pour la deuxième année consécutive, l’Institut Fraser a réalisé un classement des 68 commissions scolaires francophones et anglophones de la province, à partir des données déjà compilées pour le Palmarès des écoles secondaires publié un peu plus tôt cet automne.

Ce classement repose principalement sur les résultats des élèves aux examens ministériels de quatrième et cinquième secondaires.

« Ce sont les commissions scolaires qui gèrent les écoles, alors les dirigeants et le personnel peuvent avoir un impact sur le succès de leurs écoles », affirme Peter Cowley, de l’Institut Fraser.

Les commissions scolaires qui s’améliorent ont certainement mis en place des mesures qui peuvent en inspirer d’autres, ajoute-t-il.

En tête du palmarès

Parmi les commissions scolaires qui arrivent en tête, on retrouve la Commission scolaire des Bois-Francs, au Centre-du-Québec, qui compte 27 % d’élèves en difficulté dans six écoles secondaires.

Elle arrive au premier rang, ex aequo avec la Commission scolaire de Charlevoix, qui en accueille 30 % dans son école de Baie-Saint-Paul.

Ces bonnes performances démontrent qu’il est possible de faire réussir les élèves, peu importe leurs difficultés, indique M. Cowley.

« Lorsqu’on voit une amélioration dans une majorité d’écoles de la même commission scolaire, ce n’est pas fortuit », ajoute de son côté le consultant en éducation Marc Saint-Pierre.

Les commissions scolaires qui se démarquent se sont probablement appuyées sur les meilleures pratiques, démontrées par la recherche en éducation, tout en menant une démarche concertée auprès de leurs écoles, avance-t-il.

Parmi les commissions scolaires qui figurent en queue de peloton, plusieurs sont situées en milieu « très défavorisé », souligne M. Saint-Pierre.

Stabilité au public, baisse au privé

Ce classement permet par ailleurs d’apprendre que la performance du réseau public est relativement stable depuis cinq ans, étant passée d’une cote de 5,3 à 5,4, alors que celle du réseau privé est en baisse.

Les résultats dans les commissions scolaires ont légèrement augmenté alors que le réseau public a dû faire face à d’importantes compressions budgétaires au cours de cette période, souligne Marc Saint-Pierre.

« Les commissions scolaires s’en sont très bien tirées, malgré l’austérité », ce qui démontre que l’argent n’explique pas tout, affirme-t-il.


COMMISSION SCOLAIRE DES BOIS-FRANCS

Victoriaville et les environs | Classement au palmarès (ex aequo avec la Commission scolaire de Charlevoix)

  • 1re position
  • Cote globale | 6,9 sur 10
  • % d’élèves en difficulté | 27 %

Bien encadrer les jeunes et leur offrir des programmes qui les intéressent

Avec ses six écoles secondaires, la Commission scolaire des Bois-Francs a réussi à se hisser en tête de ce classement, et c’est notamment grâce à un accompagnement serré de ses élèves, à qui plusieurs programmes particuliers et concentrations sont offerts.

Hugo Houle est en concentration informatique à l’école Le Tandem.
Photo d'archives, Andréanne Lemire
Hugo Houle est en concentration informatique à l’école Le Tandem.

Julien Lavallée, le directeur général de la commission scolaire qui couvre Victoriaville et les environs, n’est pas surpris par cette première place.

« On voit une constante amélioration de nos résultats qui sont le fruit de plusieurs années de travail », dit-il.

Dans cette commission scolaire, le taux de décrochage est passé de 22 % à 9 % depuis 2011.

Au fil des ans, plusieurs mesures d’accompagnement ont été mises en place pour suivre à la trace les jeunes en difficulté, y compris au primaire. Dans toutes les écoles, une équipe multidisciplinaire se réunit régulièrement pour suivre ces élèves.

« Ça se fait autant au secondaire qu’au primaire. On a vu une différence, puisque la proportion d’élèves qui arrivent en retard au secondaire est en baisse », indique M. Lavallée.

Dans des classes ordinaires

Dans ces écoles secondaires, la très grande majorité des élèves en difficulté sont intégrés dans des classes ordinaires, où on retrouve de plus petits groupes, qui comptent une vingtaine d’élèves.

Plusieurs programmes particuliers, concentrations ou profils ont aussi été mis en place afin de permettre à tous les élèves du régulier de s’inscrire dans une option qui correspond à leurs champs d’intérêt, ajoute-t-il.

Ces programmes sont peu coûteux et ouverts à tous dans la majorité des cas.

« On essaie de trouver des façons de rejoindre les intérêts des élèves, afin qu’ils développent un sentiment d’appartenance à l’école. Ça peut les amener à persévérer, et ça a un impact sur la réussite », affirme le directeur général.

L’offre de transport scolaire a même été étendue afin que les élèves de Victoriaville puissent s’inscrire dans une école secondaire de Warwick ou de Princeville qui offre un programme particulier qui les intéresse, et vice-versa, explique M. Lavallée.

Efforts concertés

Les efforts concertés de tout le personnel, qui travaille davantage en collaboration, ont aussi fait toute une différence, ajoute-t-il, tout comme l’accompagnement mis en place par la Commission scolaire, qui a misé davantage sur des pratiques d’enseignement réputées efficaces par la recherche en éducation.

Eve Gagnon, à l’avant, Adélie Gagné Bazin et Marguerite Boucher de la concentration art, toujours à l’école Le Tandem.
Photo d'archives, Andréanne Lemire
Eve Gagnon, à l’avant, Adélie Gagné Bazin et Marguerite Boucher de la concentration art, toujours à l’école Le Tandem.

Les écoles privées moins performantes depuis cinq ans

La performance globale des écoles privées, basée principalement sur les résultats des élèves aux examens ministériels à la fin du secondaire, est en baisse depuis cinq ans.

Selon les chiffres compilés par l’Institut Fraser, la cote globale pour l’ensemble des écoles privées est passée de 8,0 il y a cinq ans à 7,6 au cours de la dernière année scolaire.

Un phénomène qui s’explique par la proportion plus élevée d’élèves en difficulté qui fréquentent maintenant ce réseau, affirme David Bowles, président de la Fédération des établissements d’enseignement privés.

Programmes d’aide

« On a de plus en plus de programmes pour venir en aide aux élèves qui ont des difficultés d’apprentissage. Dans ce contexte, c’est normal qu’une cote basée presque exclusivement sur les résultats des élèves aux examens diminue. On est très fiers d’accueillir ces élèves chez nous », affirme-t-il.

Selon les données du ministère de l’Éducation transmises à l’Institut Fraser, les écoles privées accueillaient 14 % d’élèves en difficulté, comparativement à 7,3 % il y a cinq ans.

M. Bowles est directeur général du Collège Charles-Lemoyne, où un élève sur trois a un plan d’intervention pour l’aider à surmonter ses difficultés.

« On a des programmes avec appui pédagogique, où les élèves sont 20 par groupe. Ils rentrent au Collège avec des moyennes de 55 % à 65 % et ils en ressortent avec des moyennes de 70 % à 75 %, ce qui est pour nous une très grande réussite », dit-il.

Les programmes avec soutien pédagogique, pour les élèves en difficulté, ont augmenté « de façon importante » depuis cinq ans, indique la Fédération.

Pas les cas les plus lourds

De son côté, le consultant en éducation Marc Saint-Pierre admet que les élèves en diffi­culté sont plus nombreux qu’avant dans les écoles privées, tout en soulignant que ce ne sont pas nécessairement les cas les plus lourds.

« Il faut voir de quels types d’élèves en difficulté on parle, indique-t-il. Je peux concevoir qu’ils accueillent davantage d’élèves avec des troubles d’apprentissage, mais les élèves avec des troubles de comportement ou des problèmes de santé mentale sont encore principalement dans les écoles publiques. »

Voici le classement des commissions scolaires


Comment sont classées les commissions scolaires ?

  • Ce palmarès, réalisé par l’Institut Fraser, classe les commissions scolaires en fonction de la moyenne des « cotes globales » obtenues par ses écoles secondaires. Cette cote est basée en bonne partie sur les résultats des élèves aux examens ministériels de quatrième et cinquième secondaires. À cet indicateur s’ajoutent entre autres l’écart entre les garçons et les filles et la proportion d’élèves qui accusent un retard dans leur parcours scolaire.

À la hausse ou à la baisse ?

  • Permet d’indiquer si la cote globale de la commission scolaire est à la hausse (+), à la baisse (-) ou stable (=) comparé au même résultat il y a cinq ans.

Les commissions scolaires au-dessus ou égales à la moyenne (5,4)

Rang Nom Cote globale Nombre d'écoles Depuis 5 ans
6 de l’Énergie (Mauricie, Shawinigan et les environs, La Tuque) 6,1 4 =
6 des Trois-Lacs (Montérégie, secteurs de l’île Perrot et Vaudreuil-Dorion) 6,1 3 +
6 des îles (Les Îles-de-la-Madeleine) 6,1 1 +
6 des Navigateurs (Chaudière-Appalaches, Lévis et les environs) 6,1 4 +
6 de l’Estuaire (Côte-Nord, secteurs de Tadoussac et Baie-Comeau) 6,1 3 +
6 des Laurentides (Mont-Tremblant et les environs) 6,1 3 +
7 des Patriotes (Montérégie, Boucherville et les environs) 6,0 7 -
7 Marguerite-Bourgeoys (ouest de l’île de Montréal) 6,0 13 +
8 du Fleuve-et-des-Lacs (Bas-Saint-Laurent, secteurs de Trois-Pistoles et du Témiscouata) 5,9 3 -
8 Harricana (Abitibi-Témiscamingue, Amos et les environs) 5,9 2 =
8 des Premières-Seigneuries (Capitale-Nationale, est de la ville de Québec et Côte-de-Beaupré) 5,9 7 +
9 de la Seigneurie-des-Mille-Îles (Laurentides, secteurs Deux-Montagnes et Sainte-Thérèse) 5,8 11 +
9 de Laval (Laval) 5,8 7 +
9 Western Québec (Outaouais et Abitibi-Témiscamingue) 5,8 3 -
10 de la Région-de-Sherbrooke (Estrie) 5,7 4 +
10 des Affluents (Lanaudière, Repentigny, Terrebonne et les environs) 5,7 11 +
10 de Kamouraska—Rivière-du-Loup (Bas-Saint-Laurent) 5,7 3 +
11 de Portneuf (Capitale-Nationale) 5,6 3 -
11 de Val-des-Cerfs (Montérégie, Granby, Bromont et les environs) 5,6 4 +
12 des Chênes (Centre-du-Québec, Drummondville et les environs) 5,5 4 =
13 Lester-B. -Pearson (Montréal et Montérégie) 5,4 12 +
13 de la Beauce-Etchemin (Chaudière-Appalaches, Saint-Georges et les environs) 5,4 7 +
13 des Chics-Chocs (Gaspésie, de Sainte-Anne-des-Monts à Gaspé) 5,4 2 -

Les commissions scolaires en dessous de la moyenne (5,4)

Rang Nom Cote globale Nombre d'écoles Depuis 5 ans
14 Riverside (Montérégie) 5,3 4 -
14 de la Riveraine (Centre-du-Québec, Nicolet, Bécancour et les environs) 5,3 3 -
15 Marie-Victorin (Montérégie, Brossard, Saint-Lambert et Longueuil) 5,2 9 +
15 Eastern Townships (Estrie) 5,2 3 +
15 des Draveurs (Outaouais, est de Gatineau) 5,2 4 +
15 du Fer (Côte-Nord, Sept-Îles et les environs) 5,2 3 -
15 des Hauts-Cantons (Estrie, secteur de Coaticook et Lac-Mégantic)  5,2 4 +
16 English-Montréal (île de Montréal)  5,1 14 -
16 des Hautes-Rivières (Montérégie, Saint-Jean-sur-le-Richelieu, Rougemont et les environs) 5,1 5 -
16 des Sommets (Estrie, de Magog à Asbestos) 5,1 3 -
16 du Chemin-du-Roy (Mauricie, Trois-Rivières et les environs) 5,1 5 -
16 De La Jonquière (Saguenay et les environs) 5,1 3 -
16 des Rives-du-Saguenay (nord de la rivière Saguenay et secteur de Chicoutimi) 5,1 3 -
16 des Phares (Bas-Saint-Laurent, Rimouski, Mont-Joli et les environs) 5,1 2 +
16 des Portages-de-l’Outaouais (Gatineau secteurs de Hull et Aylmer, Pontiac) 5,1 4 -
16 du Lac-Abitibi (La Sarre et les environs) 5,1 1 -
16 des Monts-et-Marées (Bas-Saint-Laurent, Matane, Amqui et les environs) 5,1 2 +
16 New Frontiers (Montérégie) 5,1 2 -
17 de l’Or-et-des-Bois (Abitibi-Témiscamingue, Val-d’Or et les environs) 5,0 3 +
17 de Rouyn-Noranda (Abitibi-Témiscamingue) 5,0 1 -
17 de la Côte-du-Sud (Chaudière-Appalaches, Montmagny et Bellechasse) 5,0 6 -
17 Sir-Wilfrid-Laurier (Laurentides et Lanaudière) 5,0 7 +
18 de Saint-Hyacinthe (Montérégie) 4,9 4 -
18 du Pays-des-Bleuets (nord du Lac-Saint-Jean) 4,9 4 -
19 de Montréal (centre de l’île de Montréal) 4,8 26 +
19 de la Pointe-de-l’Île (est de l’île de Montréal) 4,8 8 +

Les pires commissions scolaires

Rang Nom Cote globale Nombre d'écoles Depuis 5 ans
20 du Lac-Saint-Jean (Alma et secteur est du Lac-Saint-Jean) 4,7 3 -
20 des Grandes-Seigneuries (Montérégie, Châteauguay, Hemmingford et les environs) 4,7 5 +
20 de la Vallée-des-Tisserands (Montérégie, Salaberry-de-Valleyfield, Beauharnois et les environs) 4,7 3 -
20 du Lac-Témiscamingue (Ville-Marie, Témiscaming et les environs) 4,7 3 -
20 au Cœur-des-Vallées (Outaouais, secteurs de L’Ange-Gardien et Montebello) 4,7 2 -
21 des Appalaches (Thetford Mines et les environs) 4,6 3 -
21 de la Moyenne-Côte-Nord (Havre-Saint-Pierre et les environs) 4,6 1 +
22 de la Capitale (centre de la ville de Québec et secteur nord)  4,5 8 -
23 des Hauts-Bois-de-l’Outaouais (Fort-Coulonge, Maniwaki et les environs) 3,4 3 -
23 des Samares (Lanaudière, Joliette, Saint-Michel-des-Saints et les environs) 3,4 8 -
24 de Sorel-Tracy (Montérégie) 2,9 1 -