/news/transports
Navigation

«Les gens ont peur du pont»

Le pont de l’île d’Orléans pointé du doigt pour sa dangerosité à la suite d’un accident mortel

Coup d'oeil sur cet article

 Les proches et amis de Michel Pilote, décédé dans une collision frontale sur le pont de l’île d’Orléans jeudi, sont en furie contre les autorités et attribuent l’accident à l’étroitesse du pont. 

 « Il n’est pas assez large le câl**** de pont. Combien ça va prendre de morts avant qu’ils réagissent ? J’en ai vu des morts sur ce pont-là », a réagi Fabien Pilote, le frère de la victime, Michel Pilote, 53 ans. 

 Plusieurs membres de la famille de Michel Pilote habitent la côte du pont et ont donc une vue en plongée sur la construction de 1935. 

 Ceux-ci ont donc vu de leurs yeux les conséquences de l’impact fatal sur la circulation. 

 « Je l’ai su seulement après que c’était mon frère, mais, moi, quand j’ai vu la manière dont le truck avait été frappé, j’ai dit “y’a un mort, c’est certain” », raconte Fabien Pilote. 

 Le carrossier bien connu des gens de l’île était assis avec des proches dans son garage et encaissait le choc lorsque Le Journal s’est présenté. 

 « Ça fesse. Quand tu sais que c’est ton frère, ça donne un coup », a-t-il lancé. 

 Un homme engagé 

 Michel Pilote, père de trois enfants, était très impliqué dans la communauté insulaire et avait à cœur la sécurité des cyclistes ainsi que le réaménagement de l’entrée de l’île. 

 Conseiller municipal de Saint-Pierre entre 2000 et 2003, il a tenté sa chance une nouvelle fois en 2017 avec une équipe prônant la fusion des cinq villages de l’île. L’équipe était notamment composée de sa conjointe et de l’homme d’affaires Jacques Paradis. 

 Ce dernier, un aspirant à la mairie, était colère au lendemain de l’accident. 

L’avant du véhicule de Michel Pilote, à droite, a été complétement broyé.
Photo Agence QMI, Marc Vallières
L’avant du véhicule de Michel Pilote, à droite, a été complétement broyé.

 « Perdre du monde de même, ça n’a pas d’allure, a-t-il lâché, excédé. Il va y en avoir combien de morts encore ? Je l’ai rencontré [Michel Pilote] dans le temps des Fêtes, et on sacrait contre le pont. [...] Il me disait qu’il voulait vendre des propriétés, mais qu’il n’en était pas capable. Il m’a dit : “Personne ne vient les visiter, tout le monde a peur du pont” », rageait M. Paradis. 

 Le propriétaire du Domaine Orléans, qui vit du tourisme, s’inquiète aussi pour la réputation de l’île en raison du lien désuet. 

 « Les gens ont peur du pont. Avec ce qui est arrivé cet automne [le trou dans la chaussée], plus un mort maintenant, il va y avoir un impact, analysait-il. Ce type d’accident là va être désastreux pour l’économie de l’île. » 

 Deux collisions 

 L’accident qui a coûté la vie à Michel Pilote est survenu en début d’après-midi, jeudi. 

 La collision frontale a eu lieu à la sortie du pont et a entraîné un arrêt complet de la circulation pendant quatre heures. 

 La Sûreté du Québec n’a pas encore donné de détails sur la cause de l’accident, mais, selon le frère du défunt, il y aurait eu une première collision avant l’impact fatal. 

 Une petite voiture aurait d’abord heurté le camion de livraison avant l’impact avec la fourgonnette de Michel Pilote. 

 « Le premier char a frappé le truck et ç’a sûrement brisé la conduite, et le truck a bifurqué », a raconté Fabien Pilote. 

Avec la collaboration de Sophie Côté

 Des données sur le pont  

  •  1935 inauguration 
  •  1,7 km longueur 
  •  11 800 véhicules par jour  

 3 janvier 2019 

 Face-à-face mortel, pont fermé pendant 4 heures 

 1er octobre 2018 

 Chaussée trouée à la suite du bris d’un joint de dilatation, pont fermé pendant 1 h 30 

 29 janvier 2017 

 Attentat de la mosquée de Québec, le pont est fermé pendant 4 heures à la suite de l’arrestation d’Alexandre Bissonnette 

 14 juin 2003 

 Impact mortel causé par un chauffard, pont fermé pendant 3 h 30 

 Ce qu’ils ont dit 

 « Ça s’est presque passé dans sa cour. D’où il reste, tu vois ce qui se passe sur le pont, c’est triste, triste à voir » 

 – Suzie, employée de dépanneur  

 « Ça m’a attristé d’apprendre ça, je l’aimais bien. Michel, c’était un bon gars, un gars de plaisir, toujours souriant » 

 – Richard Gagné, un ami de la famille  

 « Combien il va y en avoir encore [d’accidents] avant que quelqu’un se réveille et dise : “Eille, faut faire quelque chose avec ce pont-là !” ? » 

 – Jacques Paradis, ancien candidat à la mairie de Saint-Pierre