/finance/opinion/columnists
Navigation

Piètre bilan de l’emploi au Québec

Coup d'oeil sur cet article

C’est finalement un bien piètre bilan qu’affiche en 2018 le marché de l’emploi au Québec.

Après trois bonnes années de suite en termes de création d’emplois au Québec, aucun emploi ne s’est ajouté en 2018. Oui ! Oui ! Selon les derniers chiffres de l’emploi compilés par Statistique Canada, on termine l’année 2018 avec aucun emploi de plus qu’à la fin de décembre 2017. Et ce tant au niveau de l’emploi à temps plein qu’à celui de l’emploi à temps partiel. Niet !

À l’échelle canadienne, il s’agit pour le Québec d’une performance annuelle vraiment « poche », puisque dans l’ensemble du Canada il s’est tout de même ajouté 163 300 emplois depuis décembre 2017, dont quelque 77 500 emplois en Ontario.

Pire encore : le Québec boucle l’année 2018 avec 24 400 chômeurs de plus qu’il y a 12 mois, alors que le nombre baisse de 14 000 au pays, dont 8000 en Ontario.

LA CAUSE ?

Est-ce le « retour du pendule » qui expliquerait cette contre-performance québécoise de 2018 ?

Peut-être ! En effet, lors des trois précédentes années sous le gouvernement libéral de Philippe Couillard, le marché québécois de l’emploi a fait preuve d’une bonne vigueur alors qu’il a affiché des gains de 48 300 emplois en 2015, de 89 500 emplois en 2016 et de 86 700 emplois en 2017. Pour un total de 224 500 emplois en seulement trois ans.

Remarquez que le Québec ne faisait pas ici figure d’exception. Pendant ces mêmes trois années, la création d’emplois au Canada atteignait les 794 700 emplois. À elle seule, l’Ontario rapportait la création de 337 600 emplois.

Et comme la création d’emplois s’est poursuivie à bon rythme en Ontario et dans l’ensemble du pays au cours de l’année 2018, le « retour du pendule » pour tenter d’expliquer la piètre performance québécoise des 12 derniers mois semble finalement peu plausible.

Est-ce la pénurie de main-d’œuvre qui expliquerait le fait qu’aucun emploi de plus ne s’est ajouté au Québec en 2018 ? Peut-être !

Mais n’est-il pas étonnant de voir augmenter de 24 400 le nombre de chômeurs pendant qu’on manque de main-d’œuvre ?

LES SECTEURS

Le Québec affiche en 2018 une perte de 17 900 emplois dans le secteur de la fabrication, ce qui en réduit le nombre à 490 000 dans ce secteur clé.

Heureusement, une grande partie de ces pertes a été compensée par un gain de 14 400 emplois dans le secteur des soins de la santé et assistance sociale, portant le nombre à 597 500 travailleurs dans ledit secteur.

Du côté des services de l’enseignement, on enregistre un gain de... 1000 emplois, pour un total de 300 000 personnes.

Du côté des administrations publiques au Québec (municipale, provinciale, fédérale), le nombre d’emplois a augmenté de 600 au cours de l’année 2018, pour atteindre les 244 700.

LE DÉFI

Le nouveau gouvernement Legault réussira-t-il à requinquer le marché québécois de l’emploi ?

Avec un taux de chômage de 5,5 % et une croissance économique largement influencée par les États-Unis d’un Donald Trump protectionniste, le défi sera de taille.