/opinion/columnists
Navigation

Vers une nouvelle guerre froide contre la Chine

Coup d'oeil sur cet article

Ne vous méprenez pas. Le durcissement des relations avec la Chine provient essentiellement des nouvelles politiques du gouvernement chinois. La guerre commerciale que lui livre l’administration de Donald Trump n’est qu’une réponse à ces nouvelles politiques.

Dans ce contexte, la délégation d’élus canadiens qui se rend en Chine pour discuter du sort des prisonniers politiques canadiens sera très mal reçue. Au-delà des considérations mercantiles, la Chine menace à présent la domination des pays démocratiques dans le monde.

1. Pourquoi l’attitude envers la Chine est-elle en train de changer ?

Pour trois raisons. D’abord, la puissance militaire chinoise peut désormais rivaliser avec la puissance américaine en Asie. L’extension du territoire chinois en mer de Chine ainsi que la construction d’îlots militaires artificiels dans ces eaux en sont un exemple. L’étape suivante est de rivaliser avec les États-Unis sur le reste de la planète — et dans l’espace ! Ensuite, l’économie chinoise est la première au monde en parité de pouvoir d’achat. Cette domination économique se reflète dans divers domaines de pointe, dont celui du téléphone intelligent. Enfin et surtout, le Parti communiste chinois devient de plus en plus oppressif. Par exemple, il a annoncé que tous les écoliers chinois devraient désormais porter une puce électronique dans leur uniforme. Cette puce va surveiller les moindres faits et gestes des élèves. Elle permettra même de détecter une éventuelle baisse d’attention en classe. Avec son implacable système de surveillance de ses citoyens par caméras, micros et internet, la Chine devient une vaste prison à ciel ouvert. Elle se propose comme modèle à diverses dictatures.

2. Quelle est l’attitude du gouvernement américain face à la Chine ?

Patrick Shanahan
Photo AFP
Patrick Shanahan

Désormais, Washington considère que la Chine est la principale rivale des États-Unis. Ce mercredi, le nouveau secrétaire à la Défense américain, Patrick Shanahan, aurait demandé aux hauts fonctionnaires de son ministère de garder en tête dans toutes leurs actions « la Chine, la Chine, la Chine ». Cette instance sur la Chine fait écho à un passage de la lettre de démission de son prédécesseur, qui lui aussi mettait les démocraties en garde contre les attaques de la Chine.

3. Comment cette nouvelle guerre froide se traduira-t-elle en termes commerciaux ?

Jeudi, la compagnie Apple a justifié ses mauvais résultats par le ralentissement de l’économie chinoise. Ce ralentissement est réel, même s’il n’explique pas tous les déboires d’Apple. Mais la justification de la compagnie Apple sonne aussi comme le signal d’un début de retrait du marché chinois. Il faut s’attendre à ce que d’autres compagnies occidentales suivent l’exemple d’Apple.

4. Pourquoi la délégation canadienne sera-t-elle mal reçue ?

Elle sera mal reçue parce que le gouvernement chinois considère qu’en ce début de nouvelle guerre froide, le gouvernement américain est le seul interlocuteur digne de négocier avec lui. Elle sera mal reçue parce que le Canada refuse d’entamer des négociations de libre-échange avec la Chine. En d’autres termes, le gouvernement chinois méprise le gouvernement canadien et il ne lui trouve plus aucune utilité.

5. Une nouvelle guerre froide est-elle évitable ?

Non, du moins pas avec les dirigeants actuellement en poste à Washington et à Pékin. Du reste, c’est le Parti communiste chinois qui cherche à étendre son système politique à travers le monde. Comme au temps de la Première Guerre froide, les populations vont finir par conclure qu’entre le système totalitaire chinois et la démocratie américaine, cette dernière demeure préférable, malgré tous ses défauts.