/news/transports
Navigation

Diminution de 37% des infractions pour l’usage du cellulaire au volant

Le durcissement de la loi a eu un effet instantané sur les amendes

GEN - CONDUITE AVEC UN CELLULAIRE
Photo MARTIN ALARIE La nouvelle loi sur les appareils électroniques au volant a pris effet le 30 juin dernier.

Coup d'oeil sur cet article

Malgré des automobilistes toujours récalcitrants, le durcissement du Code de la sécurité routière quant au cellulaire au volant a eu un effet instantané sur les conducteurs, selon les premiers chiffres de la SQ qui a enregistré une baisse du nombre d’infractions de 37 % dès l’instauration de la réglementation.

Depuis le 30 juin dernier, les nouvelles dispositions pour dissuader les automobilistes de conduire en utilisant leur cellulaire sont entrées en vigueur. Une première infraction coûte maintenant de 300 $ à 600 $ en plus de cinq points d’inaptitude.

Plus grave encore, une récidive entraîne la suspension administrative du permis de conduire pendant trois jours, puis sept et même trente jours pour les deuxième, troisième et quatrième à l’intérieur de deux ans.

Après quelques mois sous ce nouveau régime, la Sûreté du Québec (SQ) a rendu disponibles ses chiffres pour les trois premiers mois.

Diminution instantanée

Ainsi, les chiffres pour l’ensemble du territoire de la SQ au lendemain de la mise en place du nouveau Code de la sécurité routière montrent une diminution de 37 % du nombre d’infractions pour cellulaire au volant. Il n’en demeure pas moins que 630 automobilistes se sont fait prendre en flagrant délit quelques jours après le durcissement de la loi.

Malgré cette forte baisse, la directrice de Solidarité famille et sécurité routière, Nancy Gilbert, s’est étonnée du nombre de personnes qui se sont fait prendre. « C’est énorme ! C’est vraiment beaucoup de monde, un c’est un de trop. »

Une diminution importante de 42 % du nombre de constats remis a aussi été observée au mois de septembre dernier par rapport à 2017. Ce mois est ciblé depuis quelques années par l’opération nationale concertée Distraction qui regroupe l’ensemble des corps policiers.

C’est notamment entre le 21 et le 27 septembre 2018 que la SQ a fait des opérations où elle a observé les automobilistes du haut d’un autobus en mouvement. Reste que 862 constats d’infraction ont été donnés pendant ce mois. Un total de 1493 constats avaient été remis en septembre 2017.

L’initiateur de la journée internationale « Pas de texto en auto », Louis Garneau, admet quant à lui qu’il s’agit de « gros chiffres » tout en concluant que ce sont des données encourageantes. « La progression est là, on est dans la bonne voie », estime-t-il.

Vers une amélioration du bilan ?

Chez CAA-Québec, on indique analyser la situation qui est encore bien récente tout en mettant l’accent sur la sensibilisation. Le prochain bilan routier de la SAAQ risque donc de donner un premier véritable indice sur l’efficacité de la loi. « Ça va être intéressant de regarder le bilan routier de l’année prochaine... si ça va avoir eu des effets », analyse Pierre-Olivier Fortin de la CAA.

Nombre de billets d’infraction remis sur le territoire de la SQ pour l’usage du cellulaire au volant

2015

  • Juin : 1171
  • Juillet : 947
  • Août : 806
  • Septembre : 1364

2016

  • Juin : 1337
  • Juillet : 959
  • Août : 1019
  • Septembre : 1483

2017

  • Juin : 866
  • Juillet : 822
  • Août : 704
  • Septembre : 1493

2018

  • Juin : 1001

Nouveau régime :

  • juillet : 630
  • Août : 476
  • Septembre : 862