/finance/business
Navigation

Québec pourrait perdre gros avec la SQDC

Un économiste croit que le gouvernement doit faire marche arrière et sortir de la vente au détail du cannabis

GEN-OUVERTURE D'UNE BOUTIQUE DE LA SQDC
Photos d’archives, Agence QMI L’économiste Germain Belzile croit que le gouvernement du Québec devrait instaurer une taxe sur les produits du cannabis à l’instar des produits du tabac et laisser la vente et la distribution au secteur privé.

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement du Québec pourrait perdre beaucoup d’argent avec la Société québécoise du cannabis (SQDC), avance un économiste. 

«C’est vraiment très mal parti. On est rendu avec des magasins ouverts seulement quatre jours par semaine. Il y a de très bonnes chances que le gouvernement ne fasse pas d’argent avec cela. Ce sera un cas unique au monde», avance le chercheur et économiste Germain Belzile de l’Institut économique de Montréal (IEDM). 

Germain Belzile<br>
<i>Économiste</i>
Photo courtoisie
Germain Belzile
Économiste

Selon ce dernier, le gouvernement Legault a encore le temps de faire marche arrière et de «sortir» de la vente au détail du cannabis alors qu’il en est encore temps. 

Car en plus de coûts fixes très élevés, la SQDC devra bientôt payer ses employés syndiqués comme ceux de la Société des alcools du Québec (SAQ) avec des salaires qui n’ont rien à voir avec le secteur traditionnel du commerce au détail, fait remarquer M. Belzile. 

L’économiste est d’avis que le gouvernement devrait plutôt instaurer une taxe sur les produits du cannabis à l’instar des produits du tabac et laisser la vente au détail au secteur privé qui est beaucoup mieux outillé pour affronter la concurrence, soit le crime organisé. 

«Le crime organisé doit être mort de rire puisqu’il n’a pas perdu de parts de marché et que le gouvernement veut repousser l’âge légal de la consommation de 18 à 21 ans. Où croyez-vous que les jeunes vont aller acheter leur cannabis?» 

Le seul bon côté de l’aventure de la SQDC, d’après l’économiste de l’IEDM, aura été de permettre aux jeunes Québécois de faire connaissance avec «le modèle soviétique» et le «communisme» en offrant des magasins aux tablettes vides et des produits seulement en quantité limitée et en formats non désirés, a-t-il ironisé. 

30 % du marché noir 

La direction de la SAQ caressait pourtant de grandes ambitions avec sa nouvelle filiale spécialisée dans la vente de cannabis. 

L’ancien grand patron de la SAQ Alain Brunet (qui a supervisé l’implantation du réseau de la SQDC) avait même évoqué, lors d’une entrevue au Journal, la possibilité de récupérer 30 % du marché noir du cannabis dès sa première année d’existence au Québec. 

Pour sa première année d’activité, la SQDC prévoyait ainsi vendre beaucoup de cannabis, soit 50 tonnes de marijuana. 

Après un départ canon, suivant la légalisation de la consommation à des fins récréatives (140 000 ventes en une semaine), le 17 octobre dernier, la SQDC a par la suite vu ses revenus fortement décliner. 

En raison de fortes ruptures de stock, la SQDC a été contrainte de fermer à partir du 25 octobre ses 12 magasins au Québec les lundis, mardis et mercredis. 

Les fournisseurs de la SQCD s’attendent maintenant à une longue pénurie de stocks de plusieurs mois sur les tablettes du monopole d’État. 

Le marché de l’alcool doit être libéralisé 

La Société des alcools du Québec (SAQ) se retrouve à la croisée des chemins. 

Avec la population du Québec qui vieillit, ses revenus (et profits) ont peu avancé ces dernières années. 

«La SAQ est rendue au bout de ce qu’elle peut développer dans son modèle d’affaires actuel», rappelle le professeur en économie à l’Université de Trois-Rivières, Frédéric Laurin. Ce dernier est d’avis que le gouvernement devrait toutefois conserver les magasins de la SAQ. 

«Mais si on veut dynamiser le marché, on doit aller vers des spécialistes qui vont offrir des choses qui sont plus authentiques et qui vont mieux nous accompagner dans les découvertes et les connaissances», ajoute-t-il. 

Ces cavistes feraient en sorte de stimuler le marché du vin au Québec (vente par le web notamment) et d’augmenter les revenus de l’État tirer par le commerce de l’alcool. 

Tout juste avant les élections, la Coalition avenir Québec (CAQ) avait démontré une ouverture pour «libéraliser» le marché de l’alcool. 

«Les Québécois sont prêts à cela. On doit augmenter l’offre et avoir une concurrence nouvelle», avait indiqué au Journal le leader parlementaire de la CAQ, François Bonnardel. 

Les profits d’Hydro-Québec plafonnent 

Depuis cinq ans, le chiffre d’affaires d’Hydro-Québec fait véritablement du surplace. 

En 2017, malgré un volume record d’exportations d’électricité, Hydro-Québec a même vu son bénéfice net reculer de 15 millions de dollars. 

Entre 2012 et 2017, les profits annuels d’Hydro-Québec n’ont progressé que de 3,5 %, à 2,84 milliards de dollars (2017). 

Il sera très difficile pour Hydro-Québec de maintenir ses revenus actuels au cours des prochaines années, estiment des analystes. 

Pourquoi? Parce que le gouvernement a tellement imposé d’achats d’électricité inutiles à Hydro-Québec (dont de nombreux projets de parcs éoliens très coûteux) que la société d’État aura toutes les misères du monde à dégager des revenus additionnels significatifs au Québec ces prochaines années. À moins d’augmenter de façon importante les tarifs d’électricité des Québécois. 

Tout cela dans un contexte où les prix de l’électricité sont poussés vers le bas dans le Nord-Est américain en raison de l’arrivée sur le marché de gaz naturel produit à faibles coûts. Hydro-Québec touche maintenant moins de 5 cents par kilowattheure exporté aux États-Unis. 

Loto-Québec et les gros lots 

Chez Loto-Québec, les revenus sont en faible augmentation (+4 %) depuis 5 ans. 

Les bénéfices nets sont passés de 1,28 G$ en 2013 à 1,34 G$ pour le dernier exercice terminé le 31 mars 2018. 

Pour générer davantage de profits, Loto-Québec a orchestré à l’interne une restructuration de son personnel. Ce qui lui a permis de baisser ses coûts annuels de fonctionnement. 

Le gouvernement du Québec a également décidé de retirer 1000 appareils de loterie vidéo du réseau des bars et de restaurants. 

Dans son plan stratégique 2017-2020, Loto-Québec semble ainsi prôner le statu quo, évoquant peu de nouvelles avenues de croissance. Conséquence : les profits annuels resteront «au beau fixe», peut-on lire. 

Il faut dire que les revenus de Loto-Québec sont également tributaires des gros lots de loteries offerts durant une année. Plus les cagnottes sont importantes, plus il y a de joueurs et de revenus. 

Pour l’année 2018, Loto-Québec dit avoir décerné plus de 135 lots de plus d’un million de dollars au Québec. Un record.