/news/health
Navigation

Vingt-huit personnes âgées à la rue dans une semaine

Une résidence pour aînés fermera en raison de la pénurie de main-d’œuvre

Vingt-huit personnes âgées à la rue dans une semaine
Capture d'écran, TVA Nouvelles

Coup d'oeil sur cet article

La fermeture rapide d’une résidence pour personnes âgées de Québec force 28 résidents à se trouver un autre logis d’ici une semaine seulement.

La situation est loin de plaire à Yvette Duval, qui apprécie son milieu de vie depuis trois ans. À quelques semaines de son 92e anniversaire, elle ne veut pas être bousculée de la sorte.

Le Royaume des aînés, sur la rue de la Faune, fermera le 14 janvier. L’annonce a eu lieu lundi.

« Ça m’écœure ! Je cherche où je vais aller. J’étais bien, ici. On est bien traité et on mange bien. Je n’ai plus de chez nous. Je dois déménager dans une semaine. Ils n’ont pas demandé notre avis. On s’obstine pas avec eux », a expliqué la nonagénaire, une fière Irlandaise encore capable de se défendre vigoureusement.

Déçue et furieuse, Mme Duval comprend toutefois que la décision semble irrévocable.

« Je pourrais sacrer, mais je ne le ferai pas devant eux autres. Une autre femme a dit que ça ne la dérangeait pas, mais ce n’est pas mon cas », a ajouté la résidente, précisant, à la blague, que si elle n’aimait pas les photos prises par Le Journal, elle pourrait les déchirer !

Les familles cherchent maintenant des solutions. Le fils de Mme Duval devra peut-être l’héberger en raison du délai très court.

« Ce n’est pas beaucoup, une semaine. On vient de le savoir. Si on ne trouve pas de place, elle va venir chez nous en attendant », précise Julien Hélie.

« Pas une situation facile »

Sur place, le propriétaire a refusé de rencontrer Le Journal. Il dirige un autre établissement sur la Rive-Sud.

« Ce n’est pas une situation facile. Ce sont en grande partie le manque de main-d’œuvre et les exigences gouvernementales qui nous poussent à cette décision. On a eu l’ordre de le dire aux résidents, et ils seront pris en charge avec de l’aide », a mentionné Sébastien Godbout, joint par téléphone.

Dans une lettre envoyée aux résidents et à leur famille, ce dernier évoque également la rareté de la main-d’œuvre pour expliquer cette fermeture définitive.

« En effet, cette décision s’est imposée et est, à ce stade-ci, devenue inévitable », peut-on lire.

Selon M. Godbout, les défis et enjeux « sont désormais insurmontables ».

Selon le registraire des entreprises, l’établissement compte entre six et dix salariés.

D’autres cas

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale a assuré que les résidents seront accompagnés dans le processus de relocalisation.

Depuis quelques mois, d’autres résidences semblables ont aussi fermé dans la région, notamment à Saint-Joachim, Pont-Rouge et Vallée-Jonction.

Selon la loi, en cas de cessation des activités d’une résidence privée pour aînés à la suite d’une décision de son exploitant, ce dernier devrait donner un préavis d’au moins six mois, annonçant son intention, afin de permettre aux résidents de trouver un autre lieu d’hébergement.