/news/society
Navigation

Côte-Nord: les Innus achètent une pourvoirie de pêche au saumon

Coup d'oeil sur cet article

Après des années de revendications, le conseil de bande de Uashat mak Mani-Utenam se réapproprie une partie de la rivière Moisie sur la Côte-Nord

Les Innus sont devenus propriétaires de la pourvoirie Moisie-Nipissis et du bail de droit exclusif de pêche au saumon sur 56 km des rivières Moisie et Nipissis. 

Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé, mais les Innus ont eu recours au fonds de 1,5 million dollars octroyés au printemps dernier par Québec pour l’acquisition de pourvoiries dans la cadre d’une entente de gestion de la rivière. 

Le président de l'Association de protection de la rivière Moisie, Yves Girard, estime que cette acquisition contribuera à une meilleure cohabitation entre les pêcheurs sportifs et les Innus. 

«Dans les dernières années, c’est sûr qu’il y avait des revendications et des pressions qui étaient faites par les gens de la communauté. Par l’achat de la pourvoirie, je pense que ça répond à certaines attentes de la communauté. On pense que ça va permettre une utilisation plus harmonieuse de tous les utilisateurs de la rivière au cours des prochaines années. Du moins, c’est ce qu’on souhaite», a-t-il dit. 

Au cours des dernières années, la tension a monté sur la rivière. Des autochtones allaient pêcher sur des territoires de pourvoiries en plus de tenir des manifestations. 

La Sûreté du Québec a même dû exercer une surveillance sur la rivière. 

Cette situation a entraîné une baisse de la clientèle de la pourvoirie Moisie-Nipissis. 

Un des actionnaires, Charles Langlois croit que la vente de sa pourvoirie aux Innus est une affaire gagnante pour tous les utilisateurs de la rivière. 

«En 2017 et 2018, on a perdu de la clientèle, on n'a pas été capable de la remplacer au complet. C’était devenu une situation où on avait le choix de continuer comme ça ou de répondre au désir de la communauté de se porter acquéreur de l’entreprise. Les actionnaires ont décidé de ne pas s’opposer au projet», a-t-il dit. 

Le conseil de bande devrait dévoiler ses orientations pour l'exploitation de la pourvoirie au cours des prochaines semaines. 

«Sincèrement, je pense que les intentions de la communauté innue sont bonnes. Si tout le monde y met de la bonne volonté, ils vont réussir», estime Charles Langlois.