/opinion/columnists
Navigation

La retenue caquiste

Coup d'oeil sur cet article

Les gouvernements sont généralement blâmés lorsqu’ils ne respectent pas leurs promesses électorales. Les libéraux l’ont éprouvé en haussant les frais de garde et en jouant à fond l’austérité budgétaire durant leur mandat. Paradoxalement, la CAQ pourrait goûter à semblable médecine en s’acharnant à tenir ses promesses.

Prudence

Plusieurs députés caquistes se plaisent à répéter « qu’ils font ce qu’ils ont dit », le gouvernement de François Legault n’a toutefois pas versé dans la précipitation jusqu’à maintenant. Au contraire, le premier ministre a freiné à quelques reprises l’ardeur de certains ministres, a repoussé les projets épineux, a tenu une courte session parlementaire et s’est évité d’annoncer des décisions controversées qui le placeraient en situation précaire. Madame Marois n’a pas eu cette prudence dans ses premiers jours à la gouvernance de l’État et s’est révélée chancelante dans les semaines suivantes.

La CAQ ne se distinguait pas de ses prédécesseurs par ses priorités, mais plutôt par les moyens qu’elle projetait en campagne électorale. Arracher un milliard aux médecins, vider les commissions scolaires de leur raison d’être et fragiliser les services publics pour retourner des vétilles aux contribuables animaient ses fantasmes. Pour ajouter aux difficultés, laïcité et intégration des immigrants figurent au haut de la liste des intentions. Le menu paraît indigeste et méritera d’être allégé.

À l’écoute

Parallèlement à leurs 100 premiers jours au pouvoir, les caquistes peuvent observer et tirer leçon de la crise sociale sévissant en France. Bien qu’ayant flirté avec le populisme pour accéder au pouvoir, ce serait une erreur pour eux de s’entêter à faire tout ce qu’ils disaient, car certaines de leurs mesures sont loin d’être un gage d’efficacité.

Le parcours du gouvernement caquiste n’est pas sans fautes jusqu’à présent, mais les pièges ont été évités, et l’écoute est manifeste. Le dialogue social s’avère plus facile, sans crise, et Emmanuel Macron en est leur contre-exemple quotidien.