/news/cannabis
Navigation

Le pot légal jusqu’à 50% plus cher que l’illégal

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Des Canadiens payent jusqu’à 50 % plus cher pour du cannabis séché légal comparativement à celui du marché noir, révèlent des données de Statistique Canada. Une situation qui aide les vendeurs illégaux, note un expert.

« Si le prix légal est trop élevé, les Canadiens vont continuer à aller l’acheter sur le marché noir », analyse sans détour Eugene Oscapella, professeur de criminologie à l’Université d’Ottawa, en ajoutant l’effet contraire de l’objectif de la légalisation.

Pour une première fois depuis la légalisation le 17 octobre, les chercheurs de l’étude sur le prix du cannabis ont pu comparer le prix payé par gramme par ceux qui disaient avoir acheté légalement leur cannabis à celui payé au marché noir.

Le résultat : le prix moyen payé du cannabis séché légal était de 9,70 $/g, tandis que celui acheté auprès de fournisseurs illégaux coûtait en moyenne 6,51 $/g, souligne l’organisme fédéral dans un rapport publié mercredi. Le pot légal était donc 49 % plus cher en moyenne.

« Si je suis un consommateur de longue date et j’ai l’habitude d’acheter auprès d’un vendeur [illégal] que je connais depuis longtemps et avec qui j’ai déjà une relation, c’est possible que je puisse avoir un meilleur prix établi depuis un certain temps », lance comme hypothèse Hasina Rasata, économiste chez Statistique Canada.

Au total, le coût moyen par gramme rapporté à l’organisme fédéral était près de 8 $/g au cours des deux mois et demi suivants la légalisation.

Ces résultats sont basés sur un total de 457 prix rapportés par des consommateurs canadiens à Statistique Canada.

Marché légal moins attirant

Or, même si plusieurs consommateurs seront attirés vers le marché légal à cause de la surveillance et de la réglementation entourant la production, des prix trop élevés avantageront tout de même le marché noir, croit le professeur.

« Le gouvernement est dans une situation difficile, car il doit décourager les excès de consommation en augmentant les prix et les taxes sur le produit. Mais ça ne sera pas facile de briser les relations que certains consommateurs ont avec leurs vendeurs illégaux », explique-t-il.

Les chercheurs ont constaté que ceux qui achetaient leur cannabis de sources illégales en achetaient deux fois plus par transaction (17,2 g) que ceux qui l’achetaient de magasins provinciaux ou privés, mais légaux (8,3 g).