/finance/business
Navigation

Plainte contre Tesla après un accident mortel

Coup d'oeil sur cet article

New York | Un cabinet d’avocats de Chicago a annoncé mardi le dépôt d’une plainte contre Tesla, affirmant que la batterie d’une voiture s’étant embrasée en mai après un accident qui a coûté la vie à deux passagers était défectueuse.

Le 8 mai 2018, une Tesla Model S de 2014 conduite par Barrett Riley, 18 ans, et ayant sur le siège passager Edgar Monserrat Martinez, a percuté un mur à Fort Lauderdale (Floride, sud-est) avant de prendre feu, tuant les deux jeunes hommes et blessant un autre passager, affirme le cabinet dans la plainte déposée devant un tribunal de Floride mardi.

Selon les avocats, qui représentent la famille d’Edgar Monserrat Martinez, la batterie « était insuffisamment protégée, rendant la voiture tout entière défectueuse ».

Ils ajoutent que la berline « ne disposait ni de dispositifs adéquats pour empêcher un départ de feu à la suite d’une collision ni de dispositifs adéquats pour contenir un feu ».

En outre, ils affirment que moins de deux mois avant l’accident, les parents de M. Riley avaient fait installer un limiteur de vitesse dans un point de vente Tesla pour que la vitesse maximum ne dépasse pas les 137 km/h.

Mais ce limiteur aurait été retiré un peu plus tard dans un autre centre Tesla sans que la famille Riley n’en soit avertie, disent-ils. Or il aurait été prouvé que Barrett Riley roulait à 187 km/h au moment de l’accident.

« Malheureusement aucune voiture n’aurait pu résister à une telle vitesse de collision », a déclaré à l’AFP une porte-parole de Tesla, ajoutant que le groupe cofondé par l’entrepreneur d’origine sud-africaine Elon Musk a introduit depuis cet accident une fonction de régulateur de vitesse de Tesla en mémoire de Barrett Riley.

Cette fonctionnalité permet, selon Tesla, aux propriétaires des voitures de limiter eux-mêmes la vitesse maximale de leur véhicule et de contrôler l’accélération.

L’organisme fédéral américain chargé de la sécurité dans les transports (NTSB) avait ouvert une enquête au lendemain de cet accident.

Il avait toutefois indiqué ne pas s’attendre à ce que le logiciel d’aide à la conduite Autopilot, qui permet au véhicule de faire certaines manoeuvres seul, soit impliqué dans l’accident.

Tesla avait déclaré pour sa part à l’époque coopérer avec les enquêteurs.

Ces dernières années, plus d’une dizaine de cas de Model S s’embrasant après une collision ont été signalés à travers le monde.