/news/health
Navigation

Urgences-santé : les constats de décès seront faits par les ambulanciers

Bloc Urgences-santé Ambulance
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Les ambulanciers d’Urgences-santé pourront maintenant faire le constat de décès lors de certaines interventions.

Cette petite révolution dans les façons de faire, qui entre en vigueur le 14 janvier prochain, se fait déjà dans quelques régions éloignées du Québec, mais sera désormais instaurée sur le territoire de Montréal et de Laval.

À l’heure actuelle, la visite d’un médecin était requise sur la scène d’un décès pour confirmer ce statut avant que le corps puisse être pris en charge par le salon funéraire, une méthode qui ne sera plus automatique.

L’ambulancier «va vérifier s’il y a des marques de violence, s’il s’agit d’un crime plutôt que d’une mort naturelle, et va communiquer avec le médecin pour lui donner toutes les informations», a expliqué le porte-parole de l’organisme, Stéphane Smith.

Ce changement a pour objectif de désengorger le système en impliquant davantage les paramédics. Par ailleurs, il va «réduire les délais d’attente pénibles» pour les familles, avait indiqué le président et directeur général d’Urgences-santé, Nicola d’Ulisse, dans un communiqué.

Quelque 66 % des ambulanciers ont été formés jusqu’à maintenant pour constater les décès. Ils le seront tous d’ici avril.