/entertainment/music
Navigation

«Sans métissage, on meurt» -Chloé Sainte-Marie

L’artiste engagée témoigne sur l’appropriation culturelle

People Soirée Le Chainon, souper Gala
Photo Ghyslain Lavoie Chloé Sainte-Marie

Coup d'oeil sur cet article

Chloé Sainte-Marie se demande où s’en va le débat sur l’appropriation culturelle qui a éclaté il y a quelques mois. « Je sens que le Québec fait un effort terrible de désapprobation pour se départir de sa propre mémoire, de son accent », mentionne-t-elle.

Chloé Sainte-Marie s’était faite plutôt discrète jusque-là dans le débat sur l’appropriation culturelle. Après avoir été invitée, il y a quelques semaines, à parler d’appropriation culturelle à l’émission Espaces autochtones, à Radio-Canada, elle a tenu à écrire un témoignage sur le sujet, jeudi.

« Je me suis spontanément demandé quelles étaient les autorités qui décidaient de la légitimité de l’appropriation ou pas... et à quel titre ? » écrit celle qui a déjà chanté sur ses albums en français, en anglais, en innu, en mohawk et en inouktikouk. « Qu’est-ce que je peux dire aujourd’hui comme artiste, chanteuse et interprète, moi qui m’approprie tout de la vie ? »

Libre de créer

Rejointe par Le Journal, Chloé Sainte-Marie a préféré ne pas se positionner spécifiquement sur le débat qui a touché les spectacles SLĀV et Kanata. Elle trouve toutefois que le débat a sa raison d’être.

« Le débat parle du métissage des cultures. Tout métissage est propre à la vie. Sans métissage, on meurt. Ça veut dire qu’on revient à Hitler, à des races pures. Mais non ! Le rituel du feu peut se marier au rituel des aurores boréales. C’est ça, le métissage. »

Dans sa carrière, Chloé Sainte-Marie s’est souvent promenée d’une culture à une autre, en toute liberté. Lui a-t-on déjà reproché de faire de l’appropriation culturelle ? « Pas du tout, au contraire. Quand Joséphine Bacon est venue me chercher, elle m’a dit qu’elle voulait que je chante sa langue. Elle voulait me l’enseigner. Je lui ai demandé pourquoi. “Parce que je veux qu’elle voyage”, m’a-t-elle répondu. »

Chloé Sainte-Marie indique qu’elle présentera, cet automne dans le cadre de Coup de cœur francophone, un spectacle autochtone symphonique en compagnie de Mme Bacon. L’endroit du concert reste à déterminer.