/finance/business
Navigation

Premier anniversaire du lock-out : les syndiqués manifestent

Coup d'oeil sur cet article

BÉCANCOUR – Des employés de l’Aluminerie de Bécancour se sont rassemblés vendredi devant le bureau de comté du député caquiste local Donald Martel pour marquer le premier anniversaire de leur lock-out et demander l’intervention du gouvernement dans le dossier.

Des centaines de travailleurs et sympathisants ont participé au rassemblement.

«C’est un bien triste anniversaire que soulignent aujourd’hui les 1030 lockoutés de l’Aluminerie de Bécancour, a indiqué le Syndicat des Métallos dans un communiqué. Voilà maintenant un an, avant même que les représentants syndicaux n’aient pu expliquer les motifs du refus des offres patronales, des fiers-à-bras expulsaient les travailleurs de l’usine à 3 h du matin, les empêchant de prendre leur douche pour se débarrasser des contaminants toxiques.»

Le cœur n’était pas nécessairement à la fête lors du rassemblement, vendredi après-midi, a pu constater TVA Nouvelles sur place.

«Oui, les gens trouvent ça long, mais ils ne sont pas découragés et veulent encore une entente négociée», a expliqué le président du Syndicat des Métallos, Clément Masse, qui a participé à la manifestation.

Des syndiqués d’autres alumineries du Québec se sont déplacés pour appuyer leurs collègues de Bécancour, moralement, mais aussi financièrement, afin de les aider à poursuivre le combat syndical.

«Chez nous, on a voté pour une cotisation spéciale de 25 $ par travailleur, par semaine, a souligné Alexandre Fréchette, le président du Syndicat des travailleurs de l'aluminium d'Alma. C'est 15 000 $ par semaine qu'on remet aux gens de l'ABI pour les appuyer.»

Les syndiqués ont aussi profité de l’événement pour relancer le premier ministre François Legault «qui avait promis en campagne électorale que le dossier du lockout chez ABI en serait un «prioritaire»», déplorant que les négociations soient toujours dans une impasse après un an de conflit.

L’Aluminerie de Bécancour appartient à Alcoa (75 %) et Rio Tinto (25 %).