/news/currentevents
Navigation

Une secrétaire doit rembourser 100 000$

Coup d'oeil sur cet article

L’ancienne secrétaire d’une compagnie de Laval vient d’être condamnée à rembourser les quelque 100 000 $ qu’elle a dérobés à son employeur pour assouvir son problème de jeu.

Jasmine Spykerman Giraldeau a travaillé pendant cinq ans pour Le Présent importateurs Ltée, une entreprise spécialisée en importation de produits de décoration au Canada. Elle agissait à titre de secrétaire du président.

Ayant obtenu la confiance de ses patrons, elle possédait les accès comptables de la compagnie.

Sur une période approximative d’un an, l’accusée a détourné l’argent de son employeur en effectuant plusieurs retraits à l’aide du système de paiements Moneris.

« Elle inventait des remboursements aux clients de l’employeur », indique l’avocat de l’entreprise flouée, Luc-Olivier Herbert.

Elle versait les sommes dans ses comptes personnels à coups de quelques centaines de dollars à la fois, peut-on lire dans un document de la Cour supérieure.

Sa supercherie a été découverte à l’automne 2017, affirme l’avocat.

« Pour jouer »

Confrontée à ses agissements, Spykerman Giraldeau a tout simplement admis avoir utilisé ces montants « pour jouer », apprend-on dans le jugement.

Malgré son aveu, elle n’aurait pas collaboré, dit-on.

À l’issue du procès civil présidé par le juge Sylvain Lussier, le 21 décembre, à Laval, l’ex-secrétaire a été condamnée à rembourser la faramineuse somme.

Au total, elle devra verser 80 365 $ et un montant additionnel de 15 000 $ à ses anciens patrons.

La preuve n’a révélé aucun actif au nom de la défenderesse, précise le contenu du jugement. Celle-ci ne présentait aucun antécédent.

Contacté vendredi par Le Journal, le président de la compagnie qui opère depuis plus de 40 ans, Sergio Biagioni, n’entendait pas discuter de cette histoire.

« On a de la difficulté à s’en remettre », a-t-il tout de même laissé entendre.

Selon Me Herbert et M. Biagioni, une enquête de la police de Laval serait en cours concernant de potentielles accusations criminelles.

Le Service de police de Laval ne pouvait le confirmer, vendredi en soirée.