/opinion/columnists
Navigation

La croisière s’amuse

Jean-Marc Robitaille
Photo courtoisie Jean-Marc Robitaille

Coup d'oeil sur cet article

Avant, il y a très longtemps, dans une autre galaxie située très, très loin d’ici, existait un sentiment qui a complètement disparu aujourd’hui : la honte.

LE BIEN ET LE MAL

Vous ne savez pas ce qu’est la honte ? Vous n’avez jamais entendu vos grands-parents utiliser ce mot de cinq lettres ?

Selon le dictionnaire Larousse, la honte est un « sentiment d’abaissement, d’humiliation qui résulte d’une atteinte à l’honneur, à la dignité ».

Le « sentiment d’avoir commis une action indigne de soi » ou la « crainte d’avoir à subir le jugement défavorable d’autrui ».

Avant, les gens qui volaient, par exemple, avaient honte.

Ils commettaient leur crime en cachette, seuls, dans le noir et loin du regard des autres.

Pourquoi ? Parce qu’ils savaient que ce qu’ils faisaient était mal.

Ils étaient des voleurs, mais ils avaient quand même un sens moral !

Or, aujourd’hui, les voleurs n’ont plus honte de ce qu’ils font.

Au contraire, ils sont fiers !

« Hey, on a volé des millions de dollars à l’État et aux contribuables ! Yeah, champagne ! »

DU GROS FUN SALE

Regardez les images que vous avons pu voir à l’émission J.E. jeudi soir (émission que vous pourrez revoir en reprise cet après-midi à 13 h à TVA ou ce soir à 19 h à LCN).

On y voyait l’ex-maire de Terrebonne, Jean-Marc Robitaille, faire la bamboula avec l’entrepreneur Normand Trudel et des « amies » sur le bateau de Tony Accurso.

Ces gens-là avaient-ils honte ?

Pantoute.

Ils s’amusaient comme des petits fous.

(Note : Afin de vivre une expérience immersive, je vous conseille de lire le reste de cette chronique en écoutant le thème musical de l’émission Benny Hill.)

Monsieur le maire déguisé en arabe avec une serviette sur la tête !

Monsieur le maire juché sur les épaules d’un ingénieur !

Monsieur le maire à quatre pattes devant une femme qui se dandine sur du Donna Summer !

Monsieur le maire fumant un gros cigare dans un bain de bulles !

Monsieur le maire en Speedo !

Monsieur le maire relevant son t-shirt pour montrer sa bedaine !

Monsieur le maire donnant la bascule à un de ses chums !

Monsieur le maire embrassant Normand Trudel !

Tiens, v’là ton contrat, Tony, maintenant, mets-moi de la 40 sur les épaules, pis va me chercher une bière...

LES JOYEUX NAUFRAGÉS

Je pense que c’est ça qui m’a le plus choqué en regardant ces images.

L’absence totale de honte, de gêne, de pudeur, le fait qu’on ne ressent pas la moindre trace de malaise.

J’imagine Tony Accurso...

« Bon, j’vais partir une couple de jours avec ma bande de taouins. Ce qu’il ne faut pas faire pour décrocher des contrats... » On peut penser ce qu’on veut d’Accurso, mais le gars n’est pas fou. Il s’est dit : « Je vais acheter un gros bateau et régulièrement, je vais emmener mes bozos dans le Sud. Ça va être bon pour ma business. » Et bien sûr, Tony prenait le soin de filmer les ébats de ses « prestigieux » invités, au cas où.

Dire que ces crosses sont dignes d’une république de bananes est une insulte aux bananes.