/news/currentevents
Navigation

Démolition d’un bâtiment trop dangereux dans Saint-Sacrement

Un immeuble qui menaçait de s’effondrer a été démoli

Démolition d’un bâtiment trop dangereux dans Saint-Sacrement
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

La démolition du bâtiment qui menaçait de s’effondrer au 1467, rue Marie-Rollet, à Québec, s’est amorcée lundi.

« La problématique avec ces bâtiments-là, c’est qu’ils sont collés. Il reste l’expertise à faire chez le voisin pour voir ce qui en ressort avec les évaluateurs en assurances. Ensuite, on sera en mesure de déterminer l’étendue réelle des dégâts. S’il faut rebâtir les deux bâtiments, les deux seront reconstruits », a affirmé Paul-André Marchand, directeur général d’Immeuble Transit.

En attendant, le propriétaire de l’immeuble voisin, situé au 1459-1463, rue Marie-Rollet, et son épouse ont dû quitter leur domicile. Ils ont pu se réinstaller de façon temporaire dans un autre logement d’Immeuble Transit. M. Marchand assure que tous leurs biens ont été retirés la semaine dernière. Les voisins, un couple de personnes âgées, ont été relocalisés dans le quartier Montcalm.

L’entreprise a acquis cet immeuble en novembre 2017 dans le but de convertir ce duplex en résidence unifamiliale.

« C’est un immeuble qui n’était pas en très bon état. On faisait des travaux de soutènement et d’excavation au sous-sol. Au début du siècle, ce n’était pas les mêmes normes de construction qu’aujourd’hui », a ajouté M. Marchand.

Le mur mitoyen entre les deux bâtiments s’est soudainement affaissé durant les travaux au début décembre.

« Ce n’est de la faute de personne. C’était non prévisible. Les travailleurs sur les lieux ont été quittes pour une bonne frousse. C’est une situation unique. »

« Structure instable »

Selon Bill Noonan, porte-parole au Service de protection contre l’incendie de la Ville de Québec, une fois que la démolition sera complétée, les débris seront ramassés au cours des jours suivants.

« Des travaux de sous-œuvre effectués sur le bâtiment ont rendu la structure instable à un niveau qu’on ne peut pas permettre sa reconstruction », a fait part M. Noonan.

Le promoteur immobilier prévoit reconstruire dans le même style architectural, même si la décision n’a pas encore été prise. Les autorités publiques ont été appelées à se rendre à deux reprises sur les lieux de ce bâtiment, qui menaçait de s’écrouler.

Le 1467 était inoccupé au moment de l’incident pour permettre la réalisation de ce projet de rénovation qui aurait pu avoir des conséquences dramatiques.