/sports/opinion/columnists
Navigation

Le Canadien en séries

Phillip Danault est le héros obscur du Canadien et il mérite de jouer aux côtés d’un passeur comme Jonathan Drouin. Danault a récolté deux passes contre  l’Avalanche, samedi soir.
Photo Martin Chevalier Phillip Danault est le héros obscur du Canadien et il mérite de jouer aux côtés d’un passeur comme Jonathan Drouin. Danault a récolté deux passes contre l’Avalanche, samedi soir.

Coup d'oeil sur cet article

Le Tricolore a connu des hauts et des bas dans la période des Fêtes, mais aujourd’hui, je vous prédis que le Canadien participera aux séries éliminatoires.

La lutte est corsée entre le Canadien, les Islanders, les Sabres et les Hurricanes, qui ne sont pas très loin derrière, mais il y a plusieurs raisons de croire que la bande à Claude Julien sera de la danse du printemps. La première se nomme Carey Price.

En début de saison, le Canadien gagnait même si Price n’était pas au sommet de sa forme, mais il joue beaucoup mieux depuis le début du mois de décembre. Parfois, je le regarde et j’ai l’impression de voir le meilleur gardien de la ligue, comme samedi soir contre l’Avalanche.

Il ne joue toutefois pas toujours de si belle façon, comme jeudi à St. Louis, mais j’ai l’impression qu’il va débloquer et coller plusieurs excellents matchs, ce qu’il avait l’habitude de faire par le passé. J’aime son attitude et je sens qu’il veut jouer. Il doit juste rester en santé.

Avec un Carey Price au sommet de sa forme, le Canadien aura une chance de gagner à chaque match et il faut s’attendre à voir plus de matchs se terminer 1-0, 2-1 et 3-2 en deuxième moitié de saison. Le Canadien devra gagner sa part de matchs corsés et Price aura son mot à dire.

Samedi, il dégageait sa confiance des beaux jours et il a joué un rôle majeur dans la victoire de 3-0 du Canadien. Il les a gardés dans le match jusqu’à ce que l’attaque se manifeste en troisième période.

L’avantage numérique

Si on regarde le verre à moitié vide, on peut dire que le jeu de puissance du Canadien est le pire de la ligue, mais si on le regarde à moitié plein, on peut dire que l’équipe est solide puisqu’elle est dans le portrait des séries à la mi-saison malgré cette faiblesse.

De ce côté, le Canadien ne pourra faire pire en seconde moitié de saison. Un autre défenseur gaucher serait le bienvenu, mais j’ai bon espoir que l’attaque massive sera meilleure dans les prochaines semaines. La confiance n’est pas encore au rendez-vous. Cependant, on voit plus de chances de qualité. Si seulement on pouvait profiter davantage du tir de Shea Weber.

Danault, le héros obscur

Je vous ai dit récemment à quel point Phillip Danault me fait penser à Guy Carbonneau. Sa première étoile était bien méritée samedi soir. Non seulement a-t-il récolté deux aides, mais il a gagné 71 % des mises en jeu.

Claude Julien est payé comme un entraîneur vedette et il a vu juste en jumelant Danault à Jonathan Drouin et Brendan Gallagher. J’aime beaucoup ce trio et je crois qu’il peut faire un bon bout de chemin. Julien est un entraîneur patient, mais il était temps d’apporter des changements. Ce n’est pas un hasard s’il a choisi Danault pour jouer avec Drouin.

Danault a été le joueur le plus constant du Canadien depuis le début de la saison et son différentiel de +16 est le meilleur de la formation. Il est le héros obscur de l’équipe. Les qualités défensives de Danault permettent à Drouin d’exprimer davantage son talent en attaque.

Des bourreaux de travail

Il faut ajouter que Danault n’est pas seulement un joueur défensif.

Tout comme Carbonneau le faisait à son époque, Danault peut contribuer à l’attaque. Danault et Gallagher sont des bourreaux de travail et ils complètent bien le grand talent de Drouin.

Tous les joueurs aiment jouer avec un passeur comme Drouin, et Danault mérite amplement de jouer à ses côtés.

-Propos recueillis par Gilles Moffet

Entrefilets

Le retour du balancier

Claude Julien a été patient avant de séparer Max Domi et Jonathan Drouin. Domi est dans une mauvaise séquence, après avoir surpassé les attentes. C’est le retour de balancier, mais il devrait revenir à la normale dans les prochaines semaines.

Frustration au Colorado

L’Avalanche du Colorado n’avait pas l’air d’une équipe en confiance, samedi au Centre Bell. Lorsqu’un joueur vedette comme Nathan MacKinnon s’en prend publiquement à son entraîneur, c’est qu’il y a beaucoup de frustration dans l’équipe. Lorsqu’un joueur vedette ressent de la frustration, il y a beaucoup d’autres joueurs dans son équipe qui la ressentent aussi.

Le dossier Bobrovsky

Il est évident que le gardien Sergei Bobrovsky ne sera plus avec les Blue Jackets de Columbus la saison prochaine. Il a été suspendu pour un match pour une question de régie interne. Son histoire de contrat aurait dû être réglée l’été dernier et il y a de la rancune de son côté. Le double gagnant du trophée Vézina n’a jamais reçu un chèque en blanc comme ce fut le cas de Carey Price à l’été 2017. Vous pouvez être certain que l’agent de Bobrovsky s’est servi du contrat de Price dans ses négociations, mais sans succès. Il aura le beau jeu l’été prochain.

Columbus vs Montréal

Les journaux de Columbus ont bien parlé de l’incident Sergei Bobrovsky, la semaine dernière, mais sans plus. Imaginez la tornade médiatique au Québec si le Canadien avait suspendu Carey Price pour un match pour une question de comportement. Il a déjà regardé Michel Therrien de travers et il a joué le lendemain. On en parle encore ! Quand je vous dis que c’est différent de jouer à Montréal, c’est un bel exemple.