/news/transports
Navigation

En cale sèche en raison de problèmes de propulsion

Le F.-A.-Gauthier, un navire-cobaye de 175 M$, sera inspecté à la Davie

Coup d'oeil sur cet article

Le F.-A.-Gauthier, un navire-cobaye de 175 M$ acheté par la Société des traversiers du Québec au fabricant italien Fincantieri, est cloué en cale sèche au chantier Davie pour deux semaines en raison de problèmes de propulsion.

Entré en fonction à l’été 2015 pour assurer la liaison entre Matane et la Côte-Nord, le traversier bicarburant – le seul construit par Fincantieri – est hors service depuis le 17 décembre. Des vibrations anormales des « propulseurs azimutaux » avaient alors été détectées.

Il est arrivé au chantier maritime situé à Lévis lundi en journée. Les deux propulseurs seront retirés du navire et entièrement démontés. « L’objectif est de pouvoir analyser chacune des pièces pour trouver d’éventuels dommages ou autres éléments qui nous permettront d’identifier la cause du problème », indique Alexandre Lavoie, porte-parole de la Société des traversiers du Québec (STQ).

Le navire a donc été remorqué jusqu’à Lévis. Le bateau de 175 M$ n’est plus sous garantie du fabricant.

De son côté, Fincantieri déclare que « l’expérience positive » de la construction du F.-A.-Gauthier, propulsé au gaz naturel liquéfié et au diesel à la demande de la STQ, a été transférée l’an dernier dans le secteur des bateaux de croisière. Il s’agit du seul traversier qu’elle a construit avec cette technologie et elle le met toujours en vedette sur son site web.

Liens allégués avec la mafia

Fincantieri s’est retrouvée dans de mauvais draps en décembre. Elle a été mise en cause dans un rapport de l’ADIT, une agence française gouvernementale qui a examiné l’entreprise italienne, qui voulait se porter acquéreur d’un actif français.

Le journal français La Tribune a révélé que ce rapport évoque des malversations, de la corruption et des liens avec la mafia. Ces allégations ont été vivement dénoncées par le groupe naval.

Il ne s’agit pas de la première difficulté du F.-A.-Gauthier. Dès sa construction, le fournisseur du système de propulsion avait constaté des problèmes avec le moteur. « Il a rouvert tous les moteurs. Il a fait une inspection complète, ce qui lui a pris deux à trois semaines », racontait en 2015 le PDG de la STQ de l’époque Jocelyn Fortier, en entrevue avec Radio-Canada.

Problèmes

Il reconnaissait alors que « si la glace s’échoue devant le port de Matane », le F.-A.-Gauthier pourrait connaître des ennuis. Ces problèmes sont-ils ceux dont souffre maintenant le navire ? « Impossible de le dire pour le moment. Il va falloir attendre les résultats des analyses réalisées en cale sèche », affirme Alexandre Lavoie. Le bateau doit être en cale sèche à Lévis pour encore 14 jours.

C’est le CTMA Vacancier qui assure la liaison maritime entre Matane et la Côte-Nord en remplacement du F.-A.-Gauthier. Il doit cependant retourner aux Îles-de-la-Madeleine à la fin du mois de janvier.

Les avaries du F.-A.-Gauthier

Juillet 2018 : La STQ conclut un contrat de près de 200 000 $ avec une firme pour améliorer le système de refroidissement des moteurs, qui peut être obstrué par la glace l’hiver.

Août 2017 : Un problème de convertisseur cause une nouvelle panne au F.-A.-Gauthier. Quelques jours plus tard, le navire doit à nouveau annuler des départs en raison d’un bris du système de monitoring.

Juillet 2017 : Le traversier F.-A.-Gauthier tombe en panne au large de Matane avec près de 250 personnes à bord en raison d’une défaillance électrique.

Du 1er janvier au 1er août 2017, la STQ a décaissé 800 000 $ en frais de réparations diverses, selon une demande d’accès à l’information de TVA Nouvelles. Le navire n’est plus sous garantie.

Juin 2016 : Le F.-A.-Gauthier peut enfin utiliser son système de propulsion au gaz naturel liquéfié après une inspection de fin de garantie en cale sèche. Au total, 206 réclamations de garantie ont été exigées auprès du constructeur.

Avril 2015 : Le F.-A.-Gauthier est livré à la STQ avec quatre mois de retard.