/news/currentevents
Navigation

Le procureur-chef de Québec ne travaille plus pour le DPCP

Il était visé par une enquête pour harcèlement psychologique depuis mars

Sabin Ouellet
Photo d'archives, Jean-François Desgagnés Sabin Ouellet était procureur-chef du bureau de Québec depuis décembre 2015.

Coup d'oeil sur cet article

Visé par une enquête pour harcèlement psychologique depuis le mois de mars dernier, le procureur-chef du DPCP à Québec, Sabin Ouellet ne travaille plus pour l’État.  

En mars dernier, Le Journal vous apprenait que le procureur réputé de Québec Sabin Ouellet avait été suspendu de ses fonctions au palais de justice de Québec et muté au bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) sur le boulevard Laurier. Une enquête aurait alors été lancée pour des allégations de harcèlement psychologique au travail .    

Fin du lien d’emploi

Impossible de savoir pour le moment s’il a été congédié ou si l’avocat a quitté ses fonctions par lui-même. Le lien d’emploi avec Me Ouellet a pris fin vendredi dernier.

« Me Sabin Ouellet n’est plus à l’emploi du DPCP et je ne peux pas discuter davantage », a dit le porte-parole Me Boucher. Ce dernier a donc refusé de dire les raisons de son départ et de parler du fait qu’il a été visé par une enquête de harcèlement. 

« Le processus d’embauche afin de pourvoir le poste de procureur en chef aux poursuites criminelles et pénales au bureau de Québec est en cour, c’est tout ce que je peux vous dire », a terminé Me Boucher, annonçant ainsi que la décision était bel et bien définitive. 

Du côté de l’Association des procureurs aux poursuites criminelles et pénales, le syndicat qui représente les avocats de la couronne, on s’est également refusé à tout commentaire. 

Nomination

Me Sabin Ouellet jouissait d’une excellente réputation sur le plan professionnel au palais de justice de Québec. Membre du barreau depuis 1986, il avait été nommé procureur-chef aux poursuites criminelles et pénales à Québec le 1er décembre 2015, un poste qu’il avait d’abord occupé de façon intérimaire pendant cinq mois.

Auparavant, il a été le procureur responsable du programme de protection des délateurs au Québec. Il avait aussi été procureur au Bureau de la lutte aux produits de la criminalité. 

En 1994, il avait été procureur dans le cadre de l’Affaire Barnabé où des policiers de Montréal étaient accusés de brutalité policière. En plus de diriger les procureurs de la Couronne de Québec, le procureur-chef a également neuf autres points de service sous sa responsabilité, dont Alma, La Malbaie, Roberval, Saguenay, Saint-Joseph-de-Beauce et Thetford-Mines. 

Poste de procureur-chef

Le candidat doit :
  • Être membre du barreau depuis au moins sept ans
  • Être procureur de la Couronne depuis cinq ans sans interruption 
  • Il a la responsabilité de trois adjoints
  • Salaire entre 153 000 $ et 184 000 $