/sports/opinion/columnists
Navigation

Jonathan Drouin: s’imposer comme un leader

Jonathan Drouin: s’imposer comme un leader
Martin Chevalier / JdeM

Coup d'oeil sur cet article

 Jonathan Drouin a démontré, samedi, qu’il possède le talent pour agir comme un joueur d’influence, un patineur qui doit se démarquer dans les moments stratégiques. 

 Et, c’est justement la période de l’année, où les joueurs identifiés doivent se manifester. Le Canadien ne pouvait rater l’opportunité d’ajouter deux points à sa fiche contre une équipe en panne sèche. Il devait faire oublier sa performance inexcusable signée jeudi à St. Louis. 

 Mais, encore fallait-il que ceux qui doivent tenir le gouvernail à deux mains prêchent par l’exemple qu’ils invitent du même coup le groupe à afficher une tenue sans reproche. 

 Drouin a joué comme le Jonathan Drouin que l’on a épié à Tampa. Je soulignais, samedi, qu’on voudrait voir ce patineur dynamique qui parvenait toujours à découvrir un coéquipier en position idéale pour décocher un tir. 

 C’est ce qu’il a fait quand il a effectué une passe canon qui a atteint la cible visée, c’est-à-dire la lame du bâton de Jesperi Kotkaniemi. 

 Cependant, les joueurs d’exception s’affichent à chaque match ou presque. Ils exercent leur leadership en multipliant les solides performances. C’est cette étape que Drouin doit franchir. 

 ♦ Claude Julien a bien résumé la situation quand il a expliqué pourquoi il modifierait ses lignes d’attaque. « Ça ne fonctionne plus. » Gardera-t-il les mêmes effectifs pour les prochains matchs ? Les bons entraîneurs savent quand et comment modifier un plan de match, que ce soit pendant une rencontre ou encore entre les matchs. Et Claude Julien est un bon entraîneur. Il a gagné son pari samedi soir. 

 ♦ Mike Babcock a un sens de l’humour très particulier. Quand on lui a demandé ce qu’il conseillerait à William Nylander pour se sortir d’impasse, il a répondu : « Je lui suggère fortement de ne pas regarder la télé sportive. Encore moins des matchs de hockey. Je lui recommande de regarder les canaux qui se spécialisent sur la nature, la chasse ou la pêche. C’est merveilleux. Les images sont saisissantes, et on oublie le quotidien. » Tiens, tiens. 

 ♦ Julien BriseBois explique le départ de Slater Koekkoek en soulignant qu’il devait modifier la structure de la masse salariale de l’équipe afin de permettre à J.T. Miller d’effectuer un retour au jeu. Également, il faut voir dans cette transaction, une stratégie pour être en bonne position relativement au prochain marché des joueurs autonomes. 

 Le Lightning a trois défenseurs qui terminent leur entente : Anton Stralman, Braydon Coburn, et Dan Girardi. On doute que les trois obtiennent un nouveau contrat à Tampa. Veut-on prévoir les coups si jamais Erik Karlsson décidait de tester le marché des joueurs autonomes sans restriction ? 

 ♦ Justement, il est assuré que le marché des joueurs autonomes sans restriction influencera les directeurs généraux qui se lanceront à la recherche de nouveaux effectifs en préparation pour le sprint final des mois de mars et d’avril. Les joueurs de location seront nombreux et, aussi, il y en aura de haut niveau. Voilà qui rend la situation intéressante. 

 Va-t-on payer le gros prix pour un joueur de location ? Avec la parité et des propriétaires qui aimeraient faire des profits sur-le-champ, la tentation sera très forte. Je vous propose une liste des joueurs de location, par le fait même, des joueurs qui pourront se prévaloir de leur statut de joueur autonome sans restriction, à partir du 1er juillet 2019. 

 Joueurs autonomes sans restriction