/news/society
Navigation

Elle réclame 13 M$ et 50 000$ par mois à son mari

Coup d'oeil sur cet article

 Une femme d’affaires en instance de divorce avec son mari multimilliardaire lui réclame l’imposante somme de plus de 13 M$, ainsi que 50 000 $ par mois.  

 Le couple de la grande région de Montréal, qu’on ne peut identifier puisqu’il s’agit d’un recours en matière familiale, était marié depuis 2015, mais s’était fréquenté pendant quelques années auparavant.  

 Si au début de la relation tout était au beau fixe pour les amoureux, ça n’aurait pas pris de temps pour que le tout s’envenime, surtout en raison de l’argent, selon la requête.  

 « Le défendeur est devenu très avare envers la demanderesse, exigeant même qu’elle paie les films qu’elle commandait sur la télévision, lesquels coûtaient généralement 6 $. La demanderesse remettait donc la somme de 6 $ au défendeur, qui l’acceptait sans gêne aucune », peut-on lire dans la demande de divorce déposée récemment au palais de justice de Montréal.  

 On y écrit que le mariage est un échec, car l’homme, dont l'empire est évalué à quelques milliards, aurait traité la dame « avec une cruauté mentale qui rend intolérable le maintien de la vie commune ». 

 Le mari était devenu contrôlant au point qu’il s’était procuré un système pour comptabiliser les bouteilles de vin à la maison, afin d’empêcher qu’elles soient bues en son absence.  

 Gros train de vie  

Les tourtereaux menaient un gros train de vie et « ne se sont privés de rien ».  

Ils voyageaient environ 10 fois par année, dans des destinations comme la Tanzanie, la Grèce, les Caraïbes, la Corse et l’Asie, les séjours pouvant parfois coûter jusqu’à 100 000 $.  

Ils logeaient dans les hôtels les plus dispendieux. Ils allaient dans les meilleurs restaurants, dépensant en moyenne 400 $ par repas. On allègue que « la demanderesse s’est appauvrie [en contribuant à certaines dépenses] afin de pouvoir soutenir un train de vie qu’elle ne pouvait se permettre ».  

Son riche mari lui remettait 20 000 $ par année pour qu’elle puisse s’acheter vêtements et chaussures dans des magasins de luxe.  

« La demanderesse achète environ 10 paires de chaussures par année valant environ 1000 $ la paire. Le défendeur assumait tous les traitements cosmétiques de la demanderesse pour un coût de 10 000 $ par année », lit-on dans le document.  

« Aucunement serviable »  

Toutefois, la femme d’affaires soutient que son amoureux n’était « aucunement serviable », qu’il la « dénigrait constamment » et qu’il était « sans cesse centré sur ses propres besoins ».  

« Même lorsque la demanderesse était malade à la maison et qu’elle demandait au défendeur d’aller à la pharmacie pour lui acheter des médicaments, ce dernier déclinait », ajoute la demande de divorce.  

La dame estime qu’elle doit pouvoir « être en mesure de soutenir un train de vie enviable, semblable à celui connu pendant le mariage ».  

C’est pourquoi elle réclame une pension alimentaire de 50 000 $ par mois et 13 M$ dans les trente jours du prononcé du jugement de divorce, une « somme à parfaire ».  

L’homme d’affaires paie 10 000 $ par mois depuis la séparation, mais c’est insuffisant, affirme-t-on.  

La femme d’affaires voudrait déménager à Montréal et estime que sa nouvelle maison lui coûtera « approximativement 3 millions de dollars », mais qu’elle ne sera « en aucun cas comparable à la résidence ».  

Elle habite présentement dans une maison louée « laquelle est 11 fois plus petite que la résidence familiale », déplore-t-on, alors qu’elle « a perdu l’essentiel du confort matériel dont elle bénéficiait ».  

Ce qu’elle désire aussi  

  • 300 000 $ pour ses frais d’avocats 
  • Le partage du patrimoine familial 
  • Le partage égal de la valeur de l’équité remboursée par le défendeur pour une propriété dans la grande région de Montréal, d’une valeur de 12 M$ 
  • Le partage égal de la valeur nette d’une résidence secondaire achetée dans les Laurentides, d’une valeur de 4,4 M$ 
  • Le partage égal de la valeur de l’équité remboursée par le défendeur pour un condo en Floride, d’une valeur de 60 M$ 
  • Le partage égal de la valeur nette des 4 véhicules du défendeur, d’une valeur d’environ 500 000 $, et de deux bateaux