/news/politics
Navigation

La famille d'Edith Blais rencontre les ministres Freeland et Bibeau

Coup d'oeil sur cet article

SHERBROOKE | Les membres de la famille de la Sherbrookoise Edith Blais, disparue depuis plus d’un mois au Burkina Faso, ont rencontré ce matin la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, et la ministre du Développement international, Marie-Claude Bibeau. L'entretien s’est tenu dans la plus grande discrétion, loin des caméras.

La sœur et la mère de la femme de 34 ans se sont rendues à l’Hôtel Delta de Sherbrooke, où le cabinet du premier ministre canadien Justin Trudeau est réuni pour préparer la rentrée parlementaire.

«On s’est parlé entre mamans, c’était émotif. Nous avons assuré à la famille que le gouvernement fait ce qui doit être fait dans ce genre de circonstances», a dit la ministre Bibeau, qui est députée en Estrie.

Edith Blais et son ami italien Luca Tacchetto, âgé de 30 ans, n’ont pas donné signe de vie depuis la mi-décembre. Après avoir passé la nuit du 15 décembre chez un ami, ils devaient se rendre à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso.

Quand on lui a demandé si la thèse de l’enlèvement était toujours privilégiée, Marie-Claude Bibeau a répondu que «toutes les hypothèses sont étudiées».

Au Burkina Faso, des habitants de l’endroit joints récemment par TVA Nouvelles mettaient en doute le sérieux de l’enquête.

La découverte, mercredi, du corps du Canadien Kirk Woodman n’a rien de rassurant pour les proches d’Edith Blais. L’ingénieur a été enlevé et assassiné par balle dans le nord du Burkina Faso.

Très discrète depuis que le gouvernement canadien a pris le dossier en main, la famille d’Edith Blais n’a pas rencontré les journalistes à la suite de l’entretien avec les deux ministres libérales.