/news/green
Navigation

On les croit contaminés, mais on laisse leur sang sur la neige

Plus de 751 cerfs de Virginie sauvages ont été abattus par des chasseurs américains

On les croit contaminés, mais on laisse leur sang sur la neige
Photo d’archives

Coup d'oeil sur cet article

BOILEAU | Des chasseurs américains embauchés pour abattre des chevreuils autour de la ferme touchée par la maladie du cerf fou ont laissé dans la neige le sang potentiellement contaminé de plusieurs bêtes.  

«Ramasser du rouge sur du blanc, c’est pas compliqué. On nous a justement empêchés de chasser pour éviter que les animaux tués contaminent le sol par le sang», dénonce Donald Forté, un chasseur qui représente les propriétaires fonciers et les chasseurs locaux.  

Le Journal a obtenu des photos qui démontrent que le sang de cerfs sauvages abattus n’a pas été immédiatement ramassé par le ministère provincial de la Faune autour de la ferme de cerfs rouges Harpur Farms, après l’opération d’abattage. 

Les images ont été prises les 16 et 17 décembre, tandis que l’opération d’abattage s’est temporairement terminée le 15 décembre. Du sang a été photographié sur six sites de chasse des experts américains embauchés pour tuer les bêtes.  

En août, un premier cerf atteint de la maladie débilitante chronique du cervidé (MDC) a été découvert dans un troupeau de Harpur Farms, à Grenville-sur-la-Rouge, dans les Laurentides.  

Depuis, la chasse a été interdite sur un territoire de 400 km2, car le gouvernement provincial craignait que la maladie se soit propagée à l’extérieur de l’enclos. Aucun cas n’a cependant été détecté dans la nature jusqu’à maintenant.  

Du sang de cerfs de Virginie a été retrouvé deux jours après l’opération d’abattage sur un site de chasse à Boileau qu’utilisent les chasseurs américains et les agents de la faune pour éviter que la maladie débilitante chronique du cervidé se propage dans la nature.
Photo courtoisie
Du sang de cerfs de Virginie a été retrouvé deux jours après l’opération d’abattage sur un site de chasse à Boileau qu’utilisent les chasseurs américains et les agents de la faune pour éviter que la maladie débilitante chronique du cervidé se propage dans la nature.

Chaîne alimentaire  

Puis, à la fin septembre, Le Journal publiait qu’un document interne préparé par le Bureau des dangers microbiens, une entité de Santé Canada, précisait qu’« aucun tissu qui pourrait contenir des agents de MDC ni aucun morceau d’animal qui aurait montré des signes de maladie ne doit entrer dans la chaîne alimentaire humaine ou animale ».  

En octobre, un vétérinaire de l’Agence canadienne d’inspection des aliments confirmait que la terre du cheptel serait envoyée dans un site d’enfouissement de matière à risque.  

La MDC peut résister pendant plus de 10 ans dans le sol. Elle peut aussi se propager par l’eau de ruissellement et les fluides des animaux.  

Cette maladie semblable à celle de la vache folle peut tuer une bête en quelques mois.  

«Il aurait fallu ramasser le sang rapidement puisque le prion résiste aux basses températures et peut se répandre dans l’environnement, entre autres, avec des prédateurs qui peuvent lécher le sang», explique Frédéric Dumais, porte-parole de la compagnie Prometic qui a inventé un filtre contre le prion, responsable de la maladie.  

Au moment d’écrire ces lignes, le ministère de la Faune n’avait toujours pas confirmé si le sang avait été ramassé.  

On les croit contaminés, mais on laisse leur sang sur la neige
Photo courtoisie

Plus de 500 000 $  

Ottawa a fait abattre les 3200 bêtes de la ferme Harpur. La viande des animaux en santé est toujours vendue sur le marché. Onze cerfs malades ont été trouvés sur cet élevage depuis le début de la crise.  

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs a embauché la compagnie américaine White Buffalo inc. en octobre au coût de plus d’un demi-million de dollars, afin d’utiliser une technique de chasse qui réduit au minimum la possibilité que les animaux perdent du sang et contaminent l’environnement.  

Plus de 751 cerfs de Virginie sauvages ont été abattus dans la zone de restriction de la chasse. Ils ont tous été testés négatifs. En tout, 3951 bêtes ont été tuées depuis le début de la crise.  

Courte victoire pour les chasseurs  

Un juge de la Cour provinciale a rejeté une requête du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs qui visait à obliger les propriétaires à permettre aux chasseurs américains d’aller abattre des chevreuils sur les terrains privés sans leur autorisation.  

Le Ministère a interdit la chasse dans un rayon de 400 km2 autour de la ferme Harpur, dans les Laurentides, touchée par la maladie du cerf fou. Il a embauché des chasseurs américains afin de réduire le cheptel de cervidés sauvages autour de la ferme pour réduire les risques que la maladie se propage.  

Or, plusieurs propriétaires terriens de la région ont interdit l’accès à leur lot aux chasseurs américains et aux agents de la faune parce qu’ils ne veulent pas que la population de cerfs de Virginie disparaisse.  

Le gouvernement a demandé à la cour d’obliger l’accès aux terrains privés. Celle-ci a refusé d’accorder une injonction à Québec.  

«C’est une courte victoire parce que le juge a recommandé d’y aller cas par cas. Ce n’est pas tout le monde qui va avoir envie de se payer un avocat pour contester le gouvernement», conclut Donald Forté, qui représente les propriétaires fonciers et les chasseurs locaux.

  • ÉCOUTEZ l'entrevue de Donald Forté à l'émission Trudeau le midi sur QUB radio

 QU’EST-CE QUE CETTE MALADIE ?   

  •  La maladie du cerf fou est une maladie incurable semblable à celle de la vache folle  
  •  Elle se traduit par des troubles dégénératifs progressifs  
  •  Elle est due aux transformations d’une protéine en une forme altérée, appelée prion  
  •  Les prions se propagent par les excréments, les fluides corporels et par contact direct  
  •  Les prions survivent dans les sols environ 10 ans