/world/opinion/columnists
Navigation

Aux grands maux, les grands sommets

Trump et Kim Jong-un lors de leur rencontre le 12 juin , 2018.
Photo AFP Trump et Kim Jong-un lors de leur rencontre le 12 juin , 2018.

Coup d'oeil sur cet article

Il ne faut plus s’offusquer de rien. Les insultes font partie des conversations normales sur les médias sociaux comme des échanges entre chefs d’État. Ce qui, à une autre époque, aurait justifié le déclenchement automatique d’une guerre totale conduit maintenant à des poignées de main chaleureuses et des rencontres de haut niveau.

Il va falloir en revenir, mais j’étire la stupéfaction pendant encore un moment : il y a 16 mois à peine, Kim Jong-un traitait le président américain de « radoteur mentalement dérangé » et Donald Trump réagissait, via Twitter, en constatant que le jeune leader de la Corée du Nord était « évidemment fou ».

Vendredi, la Maison-Blanche a confirmé qu’un second sommet entre les deux hommes se tiendra à la fin du mois de février et hier matin encore, le président Trump affirmait que « les choses vont très bien avec la Corée du Nord ». Les injures ? Juste une joke !

D’ENNEMIS JURÉS À BONS AMIS

Clairement, après avoir menacé la Corée du Nord de destruction totale à la tribune de l’ONU en septembre 2017, Donald Trump ne semble désormais avoir que de l’indulgence à l’égard de « Little Rocket Man ».

Ils se retrouveront dans quelques semaines, en dépit du fait que depuis le sommet de juin à Singapour – à la suite duquel le président américain assurait qu’il « n’y avait plus de menace nucléaire venant de la Corée du Nord » – Pyongyang n’a posé aucun geste significatif vers la dénucléarisation du pays.

Certes, les Nord-Coréens n’ont pas effectué de nouveaux tests nucléaires ou de missiles en 2018, mais c’est placer la barre très basse que de se féliciter que la petite dictature, isolée et paranoïaque, n’ait pas plongé le monde dans une apocalypse nucléaire.

DES RENDEZ-VOUS UN PEU PARTOUT

D’autres grandes rencontres au fil de 2019 nous donneront une idée de l’état des relations entre les grandes puissances et leurs dirigeants. Sept mois seulement après s’être vus en Argentine, les chefs d’État et de gouvernement du G20 se réuniront à Osaka, au Japon.

Le premier ministre japonais Shinzo Abe espère concentrer l’attention sur les changements climatiques, mais on peut déjà parier que Donald Trump et Xi Jinping vont siphonner l’air autour d’eux si les États-Unis et la Chine n’ont pas conclu d’entente commerciale. L’économie mondiale au complet en dépend.

L’OTAN souligne son 70e anniversaire dans la tourmente. L’alliance militaire à laquelle on doit les dernières décennies de paix en Europe est remise en question par le président américain. Ignorance crasse de la part de Donald Trump ou simple calcul financier – « les États-Unis paient trop ; les autres membres, pas assez » – il reste que le tête-à-tête de Bruxelles en juillet risque de faire des étincelles.

Même chose à Biarritz dans le sud-ouest de la France au mois d’août où se tiendra le sommet du G7. La fin désastreuse de la rencontre de Charlevoix a laissé des cicatrices et la méfiance sera le réflexe spontané entre, d’un côté, les États-Unis et, de l’autre, les six autres grandes économies occidentales.

Enfin, tout ce beau monde a rendez-vous en septembre à New York pour la traditionnelle ouverture de l’Assemblée générale des Nations unies. Il y a deux ans, Donald Trump menaçait de détruire la Corée du Nord ; l’année dernière, il faisait rire de lui, après avoir affirmé que son « administration avait accompli plus que presque toutes les administrations de l’histoire » des États-Unis.

Tout au long de l’année, il y aura de quoi s’amuser, c’est évident. Il s’agira de voir, puisqu’on parle de guerre et de paix, si nous rirons aux larmes ou rirons jaune.

 

LES GRANDES RENCONTRES DE 2019

New York – Septembre | 74e assemblée générale de l’ONU

L’ouverture de l’UNGA – comme on l’appelle en s’inspirant de l’acronyme anglais – offre une tribune exceptionnelle à tout dirigeant en quête d’audience planétaire. À ne pas manquer : l’Israélien, l’Iranien, l’Américain, bien sûr, et qui sait, le Nord-Coréen.

Vietnam ? Thaïlande ? – Février | 2e sommet Donald Trump-Kim Jong-un

En plus des sourires et des poignées de main, le président américain réussira-t-il à arracher des engagements concrets et vérifiables de dénucléarisation de la part du leader nord-coréen ? Plusieurs en doutent.

Genève, Suisse Mai | AI for Good

Forum de l’ONU centré sur les derniers développements en matière d’intelligence artificielle et leurs impacts sur la vie humaine. Intelligence artificielle : les deux mots à la mode sur toutes les tribunes.

Osaka, Japon – Juin | Sommet du G20

Le premier ministre japonais souhaite que les représentants des 19 plus grandes économies et de l’Union européenne se penchent sur les défis que les changements climatiques font peser sur le développement durable.

Bruxelles, Belgique – Juillet | Sommet de l’OTAN

L’esprit n’est pas à la fête pour le 70e anniversaire de l’alliance militaire, alors que le président Trump continue d’accuser les autres pays membres d’abuser des largesses américaines.

Biarritz, France – Août | Sommet du G7

Emmanuel Macron, le président français, aura le mandat de raffermir la solidarité des démocraties occidentales, après le refus du président américain de signer le communiqué officiel du dernier sommet dans Charlevoix.

Bangkok, Thaïlande – Novembre | 35e sommet de l’ASEAN

L’Association des nations de l’Asie du Sud-Est devient un incontournable, signe du poids économique croissant de l’Asie par rapport au reste du monde.

Chili – Novembre | Cop25

La Conférence des Nations unies sur les changements climatiques reste la référence dans le domaine, mais continuera de faire face à des vents contraires poussés par les « climatosceptiques », le président Trump en avant-plan.