/news/politics
Navigation

3e lien: les conservateurs pressent Justin Trudeau de préciser ses intentions

3e lien: les conservateurs pressent Justin Trudeau de préciser ses intentions
Photo d'archives, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Les députés conservateurs de Québec pressent le premier ministre Justin Trudeau de profiter de son passage devant les gens d’affaires de la région, vendredi, pour préciser ses intentions quant au projet de 3e lien.

En conférence de presse, mercredi matin, les élus conservateurs de la région ont accusé les libéraux fédéraux de faire « tout pour bloquer le troisième lien ».

Ils estiment d’ailleurs que le recrutement de l’environnementaliste Steven Guilbault dans les rangs libéraux tend à confirmer que le projet de nouveau lien autoroutier entre Québec et Lévis n’est pas une priorité pour le gouvernement Trudeau.

« On demande à M. Trudeau, dès son arrivée, de clarifier sa position sur le 3e lien », a réclamé le député de Beauport-Limoilou, Alupa Clarke.

Contrairement aux libéraux, les conservateurs ont « des positions claires », a fait valoir à son tour le député de Louis-Saint-Laurent, Gérard Deltell, en s’attaquant à la fiabilité de Justin Trudeau.

Pont de Québec

Son collègue de la circonscription de Portneuf-Jacques-Cartier, Joël Godin, a donné à titre d’exemple le dossier de la peinture du pont de Québec. « Il n’y a rien de réglé », a dit M. Godin, en rappelant que les libéraux s’étaient engagés à trouver une solution au plus tard le 30 juin 2016.

Ajoutant cet « échec » à une liste de plusieurs avec les libéraux, le député de Charlesbourg–Haute-Saint-Charles, Pierre-Paul Hus, a accusé Justin Trudeau d’avoir pris cet engagement pour « acheter des votes ».

La députée de Beauport—Côte-de-Beaupré—Île d’Orléans-Charlevoix, Sylvie Boucher, a quant à elle insisté sur le rapport d’impôt unique auquel le chef conservateur Andrew Scheer est favorable. « C’est ce que les Québécois veulent », a soutenu Mme Boucher, en déplorant que les Québécois soient les seuls au Canada à devoir se taper « une double paperasserie » lorsque vient le temps de produire leur déclaration de revenus.