/news/currentevents
Navigation

Les leçons tirées de la tragédie de L'Isle-Verte

isle-verte
Photo d'archives Agence QMI Il y a cinq ans, ce jeudi, 32 personnes âgées perdaient la vie dans l'incendie de la Résidence du Havre, à l'Isle-Verte.

Coup d'oeil sur cet article

Il y a cinq ans, ce jeudi, 32 personnes âgées perdaient la vie dans l'incendie de la Résidence du Havre à L'Isle-Verte, au Bas-Saint-Laurent. Les autorités ont tiré des leçons de cette tragédie pour améliorer la sécurité dans ce type d’habitation.

Une enquête publique sur la tragédie de L'Isle-Verte, présidée par le coroner Cyrille Delage, est rapidement organisée après les événements.

Plusieurs recommandations ressortiront de la commission, dont l’installation de gicleurs dans les résidences pour aînés et l'amélioration de la formation des pompiers en région.

En entrevue à l'émission «Salut Bonjour» à TVA, mercredi matin, le coprésident de l'Association des chefs en sécurité incendie du Québec, Jean Melançon, expliquait que la sécurité s'est améliorée dans les résidences pour aînés en ce qui concerne les risques d'incendie depuis la tragédie. Beaucoup de travail reste, cependant, à faire.

Dans plusieurs résidences, le personnel a été formé sur les actions à prendre en cas d'urgence et des plans de sécurité incendie ont été élaborés.

Selon M. Melançon, il est nécessaire que chacune des résidences pour aînés soit dotée d’un plan d’évacuation spécifique, comme leur nombre d’unités varie beaucoup.

«Quand vous avez une clientèle vulnérable avec beaucoup de perte d’autonomie, les gens vieillissent dans les résidences aussi, donc ça crée un défi pour les services d’urgence, mais c’est pour ça que les résidences doivent être bien préparées, le personnel doit être bien préparé», a dit Jean Melançon.

Exigence pour les gicleurs

L’incendie à la Résidence du Havre a aussi amené l’adoption d’une nouvelle exigence dans les résidences pour aînés en ce qui concerne l’installation d’un système de gicleurs. Toutes les résidences devront en avoir un d’ici le 2 décembre 2020.

Jusqu'à maintenant, 54 % des résidences pour aînés privées sont giclées. Des programmes d'aide financière ont été mis en place par Québec. Ces programmes pourraient être revus pour mieux accompagner les plus petites résidences.

«Ce sont toujours les plus petites résidences de 10 à 40 personnes qui ont plus de difficulté à avoir accès aux programmes. C’est la raison pour laquelle j’ai demandé une révision de ce programme-là», a précisé la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais.

Des changements ont aussi été apportés au fil des ans dans la nouvelle mouture du règlement sur la certification des résidences pour personnes âgées en regard au nombre de surveillants, par exemple.