/news/currentevents
Navigation

L’UPAC arrête l’ex-directeur de l’École nationale des métiers de la construction de Montréal

Coup d'oeil sur cet article

L’Unité permanente anticorruption (UPAC) a procédé à l’arrestation de l’ancien directeur de l’École nationale des métiers de la construction de Montréal et de trois autres suspects relativement à un stratagème de fraude.

Les enquêteurs de l’UPAC ont mis la main au collet de l’ancien directeur Alain Prud’homme, d’Enrico Di Paola, de Mathieu Therien et de Modesto Abella.

Fraude

« Les accusés auraient été impliqués dans un stratagème de fraude et d’abus de confiance entre un ancien dirigeant de l’École des métiers de la construction et des fournisseurs de services », soutient le corps policier. Les arrestations ont eu lieu à Montréal et sur la Rive-Nord.

Alain Prud’homme est accusé entre autres de fraude, de fraude envers le gouvernement, d’abus de confiance et d’avoir obtenu des commissions secrètes.

M. Prud’homme aurait ainsi, entre 2011 et 2014, « accepté des avantages ou des bénéfices » d’Enrico Di Paola et de son entreprise Valdi-Tech, qui a « bâti sa réputation sur la confiance et la franchise », peut-on lire sur le site Web de l’entrepreneur général.

Il a également obtenu des avantages de Modesto Abella, d’Abella Électrique. Ces derniers lui ont offert des « travaux, des voyages et des biens ».

Abus de confiance

M. Prud’homme aurait ainsi « commis un abus de confiance relativement aux fonctions de sa charge en rapport avec la construction d’un gymnase ou d’une salle de sport ».

Il se serait servi de factures et d’états de compte contrefaits pour flouer l’établissement.

Ce dossier d’enquête a été mené en collaboration avec l’équipe désignée d’enquête de Revenu Québec à l’UPAC, souligne-t-on.