/news/politics
Navigation

Accès à internet haute vitesse en région: la ministre Proulx compte s'attaquer au problème

Marie-Ève Proulx
Photo d'Archives, Simon Clark Marie-Ève Proulx

Coup d'oeil sur cet article

La ministre responsable du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, Marie-Ève Proulx, compte bien s'attaquer rapidement aux problématiques d'accès internet haute vitesse en région. Il s'agit d'une préoccupation quotidienne pour les résidents de plusieurs localités de l’Est-du-Québec.

En tournée dans la région depuis le début de la semaine, la ministre Proulx a beaucoup entendu parler de l’enjeu de la part d’élus et d’acteurs du développement économique. Elle veut agir le plus rapidement possible pour régler les problèmes d’accessibilité à internet haute vitesse dans certains secteurs.

Québec finalise actuellement une stratégie générale sur le dossier afin d’être en mesure de travailler avec les entreprises de télécommunication qui offrent les services pour voir ce qu’il est possible de faire.

Le travail se fait en collaboration avec Ottawa, car les investissements se font souvent de concert avec le fédéral.

Marie-Ève Proulx travaille aussi avec ses collègues pour que des fonds soient débloqués dans le prochain budget.

«C'est une préoccupation majeure. S'il n'y a pas d'internet, bien il n'y a souvent pas d'attractivité des populations. Ça repousse aussi les entreprises qui ont besoin maintenant d’internet pour survivre. Donc, c’est prioritaire pour nous. Comme c’est une priorité pour notre gouvernement c’est un dossier où l’on peut facilement rassurer les gens que nous avons rencontrés», explique la ministre déléguée au Développement économique régional et responsable des régions de Chaudière-Appalaches, du Bas-St-Laurent et de la Gaspésie.

Il y a aussi la question de l’accès à la téléphonie cellulaire qui continue de préoccuper dans plusieurs secteurs.

La ministre Proulx veut s’attaquer aussi à ce problème. Impossible, cependant, dans ce dossier, de fixer un échéancier précis pour l’instant. Le dossier demeure très important pour la ministre.