/news/health
Navigation

Le CHUL et 4 médecins poursuivis pour 1,2 M$: paraplégique en sortant de l’hôpital

Le CHUL et 4 médecins poursuivis pour 1,2 M$: paraplégique en sortant de l’hôpital
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

 Une dame de la région de Portneuf et sa famille poursuivent le CHUL et quatre médecins pour 1,2 M$ en raison d’erreurs médicales présumées à la suite de chutes qui ont rendu l’octogénaire paraplégique.  

 Alléguant une erreur de diagnostic et des fautes dans le traitement reçu, Pierrette Martel a déposé en avril 2017 une poursuite contre le Centre hospitalier de l’Université Laval (CHUL) et les docteurs Sonia Sylvain, Anne-Isabelle Gingras, Soufiane Bensaidane et Michèle Angers. Elle réclame plus d’un million de dollars.      

 C’est le 20 mai 2015, après une chute de son quadriporteur, qu’a commencé le cauchemar de la dame. Prise de douleurs au dos qui ne font qu’empirer, elle est transportée par ambulance au CHUL le lendemain.      

Le CHUL et 4 médecins poursuivis pour 1,2 M$: paraplégique en sortant de l’hôpital
Photo Simon Clark

 Selon la poursuite déposée en Cour supérieure, les radiographies prises à l’arrivée de Mme Martel démontraient une fracture d’une vertèbre, mais jamais il n’a été question d’immobiliser la patiente.      

 Douleurs atroces  

 Le fils de la plaignante déplore que, malgré l’apparition de symptômes de blessures à la moelle épinière au fil des jours, les médecins «[aient] continué de la bouger de gauche à droite».      

 «Elle avait des engourdissements, des faiblesses dans les jambes et des douleurs atroces. Elle a souffert le martyre pendant 10 jours avant qu’ils ne comprennent ce qui se passait», explique Serge Bédard.      

Le CHUL et 4 médecins poursuivis pour 1,2 M$: paraplégique en sortant de l’hôpital
Photo Simon Clark

 Pierrette Martel a également chuté une deuxième fois alors qu’elle était sous la responsabilité de l’hôpital. Alors qu’on l’installait pour une radiographie pulmonaire à sa 11e journée d’hospitalisation, la dame «chute de la civière et se retrouve au sol» explique-t-on dans la poursuite.      

 «Ma mère leur disait de ne pas la lâcher, qu’elle ne se sentait pas assez solide pour rester assise toute seule et comme de fait, ils l’ont lâchée et elle est tombée», se désole son fils.      

 «Je n’ai jamais eu aussi mal de ma vie», soupire la dame de 81 ans.       

Le CHUL et 4 médecins poursuivis pour 1,2 M$: paraplégique en sortant de l’hôpital
Photo Simon Clark

 Le lendemain de cette deuxième chute, un physiothérapeute réévalue Mme Martel et conclut à une paraplégie. Une opération d’urgence à l’hôpital de l’Enfant-Jésus est pratiquée, mais ne permettra pas de rendre à Mme Martel le plein usage de ses jambes.      

 Lourdes conséquences  

 «J’ai l’impression qu’on m’a volé ma mère par l’incompétence de ces médecins et de l’hôpital», soupire Serge Bédard, un sanglot dans la voix en repensant aux événements.      

 Sa mère a dû être placée après sa sortie de l’hôpital. Son père, Armand, dont elle était l’aidante naturelle à la maison, a suivi. Le couple d’aînés considère qu’on leur a pris de belles années de leur vie.      

 «Je ne peux plus aller chez nous, je ne peux plus faire à manger à mon mari, je ne peux plus me promener. Je ne reverrai pas le temps que j’ai perdu», lance avec difficulté Pierrette Martel avant de fondre en larmes.       

Le CHUL et 4 médecins poursuivis pour 1,2 M$: paraplégique en sortant de l’hôpital
Photo Simon Clark

 «Ça a complètement changé notre vie. Ça a été très difficile», ajoute son mari, qui s’est retrouvé pendant quelques mois séparé de sa bien-aimée pour la première fois en 56 ans de mariage.      

 «Depuis ça, les deux ne font que perdre des capacités», ajoute leur fils.      

 Autant le CHU de Québec que les avocats des médecins poursuivis ont refusé nos demandes d’entrevues. Les défendeurs ont toutefois rejeté devant la cour les fautes alléguées, niant avoir fait preuve de négligence. L’hôpital affirme quant à lui dans son exposé de défense qu’il a «respecté les règles de l’art».      

 Chronologie des événements selon la poursuite      

 20 mai 2015  

 Pierrette Martel chute de son quadriporteur à l’extérieur de son domicile      

 21 mai 2015  

 Hospitalisation au CHUL, où une radiographie est effectuée. Un premier médecin suspecte une fracture de la vertèbre D10, mais suggère de ne pas immobiliser la patiente.      

 22 au 29 mai 2015  

 Prise en charge par différents médecins, la dame présente des symptômes de blessures à la moelle épinière, mais ne sera jamais immobilisée. On l’adresse en physiothérapie pour «augmenter la mobilisation, l’autonomie».      

 1er juin 2015  

 Deuxième chute de Pierrette Martel durant une radiographie pulmonaire      

 2 juin 2015  

 Un physiothérapeute du CHUL constate la paraplégie de la patiente. Trois fractures sont confirmées et une opération d’urgence est pratiquée à l’Enfant-Jésus.      

 15 juin au 5 octobre 2015  

 La patiente est hospitalisée à l’Enfant-Jésus et à l’IRDPQ pour son processus de réadaptation      

 5 octobre 2015 à aujourd’hui  

 Mme Martel n’a jamais pu retourner à la maison. Elle demeure aujourd’hui à l’Hôpital régional de Portneuf, où elle est confinée à un fauteuil roulant.      

 Extraits de la poursuite de 1,2 M$      

 «Entre le 21 mai et le 2 juin 2015, ils n’ont pas évalué, investigué, diagnostiqué, traité et suivi la condition dorsale et la symptomatologie de la demanderesse conformément aux règles de l’art, en ce qu’il en résulte une compression médullaire sur hématome péridural à l’origine d’une paraplégie.»      

 «La demanderesse a souffert et souffre toujours d’innombrables douleurs [...] notamment en ce qu’elle est contrainte de se déplacer en fauteuil roulant, porte une sonde urinaire à demeure, doit subir des soins intestinaux en raison d’une incontinence fécale totale et est complètement dépendante au niveau de la réalisation de ses activités [...].»