/news/currentevents
Navigation

Une autre plainte contre cet harceleur récidiviste

Moussa Ouattara fait face à un autre chef de harcèlement criminel à l’endroit d’une nouvelle plaignante

Une autre plainte contre cet harceleur récidiviste
Photo de courtoisie, Facebook

Coup d'oeil sur cet article

Une autre présumée victime du harceleur récidiviste Moussa Ouattara a porté plainte contre l’homme.

L’accusé d’origine ivoirienne de 25 ans a comparu sous deux nouveaux chefs, vendredi, au palais de justice de Québec.

Il est accusé d’avoir harcelé une jeune femme sur une période d’un mois l’automne dernier, en plus de faire face à un nouveau chef pour un bris de probation.

Ouattara faisait déjà face depuis une semaine à une dizaine de chefs d’accusation concernant cinq plaignantes, dont deux mineures, pour des gestes qu’il aurait commis en décembre dernier et en janvier.

Concernant l’une d’elles, il est accusé d’agression sexuelle ayant causé des lésions corporelles et de communication harassante. Il est aussi accusé d’avoir agressé sexuellement une jeune femme et de l’avoir harcelée.

Il fait face à plusieurs chefs de harcèlement, un d’action indécente et plusieurs de bris d’ordonnance et de probation.

Ouattara a été reconnu coupable l’an passé de harcèlement criminel envers huit jeunes femmes en Cour municipale. Il avait reçu une absolution conditionnelle assortie d’une probation de 18 mois.

Faux chauffeur de taxi

Les gestes pour lesquels il est maintenant accusé auraient été commis notamment dans des commerces et des centres commerciaux de Sainte-Foy, où il aurait abordé les jeunes femmes de manière insistante en tenant des propos à caractère sexuel.

Il les suivait ensuite pendant un long moment, selon la police de Québec.

Il aurait également agressé sexuellement des victimes en les faisant monter à bord de sa voiture à la sortie des bars, en se faisant passer pour un chauffeur de taxi en congé.

Selon la police de Québec, il ciblait les jeunes femmes qui avaient l’air intoxiquées.

Le résident de Sainte-Foy est détenu depuis son arrestation mercredi dernier.

Il doit revenir en cour jeudi prochain. Il lui est interdit de communiquer avec les plaignantes.