/news/education
Navigation

Appel à défendre la liberté académique des profs

Lettre ouverte appuyée par plus de 450 signataires

Coup d'oeil sur cet article

Des professeurs de cégep et d’université s’inquiètent pour leur liberté académique et demandent à leur direction, dans une lettre ouverte appuyée par 435 signataires, de se porter à sa défense plutôt que de la brimer.

Selon Louis-Philippe Lampron, professeur à la Faculté de droit de l’Université Laval et coauteur de cette lettre, la pression «à imposer certaines caractéristiques de l’obligation de loyauté» est «de plus en plus forte» dans les cégeps et les universités, ce qui pourrait limiter les critiques des professeurs et chercheurs envers leur établissement ou envers des enjeux qui sont épineux pour leur établissement.

«La recherche»

«L’objectif, c’est de mettre de l’avant l’importance pour l’ensemble de la population de préserver l’aspect fondamental du travail des professeurs de cégep et d’université : la recherche. Les chercheurs doivent pouvoir travailler le plus librement possible pour contribuer à diffuser des informations dont on a tous besoin pour être capables de prendre des décisions éclairées», affirme M. Lampron.

À la Fédération québécoise des professeurs d’université, on confirme que des membres rapportent «souvent» des situations où ils ont le sentiment de ne pas pouvoir s’exprimer de façon totalement libre.

Autocensure

Certains professeurs peuvent aussi en venir à se placer dans des situations d’autocensure, de peur d’être sanctionnés par leur établissement ou pour éviter de se retrouver dans des situations délicates, indique le professeur de droit.

«On y perd tous, ça devrait être un aspect fondamental de la liberté d’expression», ajoute M. Lampron.

«Notre volonté, c’est d’appeler les directions à se rappeler de leur mission principale et de défendre avec rigueur les collègues lorsqu’ils sont pris à partie pour avoir exercé leur liberté académique», conclut-il.