/weekend
Navigation

Quand l’art engendre la discorde

WE 0126 Art
Photo courtoise, Théâtre du Rideau Vert

Coup d'oeil sur cet article

Les spectateurs habitués de voir le célèbre trio composé de Benoît Brière, Martin Drainville et Luc Guérin au Théâtre du Vieux-Terrebonne dans des comédies vaudevillesques, verront cette fois les trois comédiens déménagés au Théâtre du Rideau Vert pour changer de registre et présenter la comédie dramatique Art, de l’auteure française Yasmina Reza, créée à Paris en 1994.

C’est grâce à l’initiative de Marie-France Lambert, qui signe sa première mise en scène, que l’on verra le trio pour une première fois ensemble sur la scène du Rideau Vert.

« Ça faisait un moment que l’on songeait à jouer la pièce Art, mais l’occasion ne s’était pas présentée », confie le comédien Benoît Brière, qui ajoute qu’il ne s’agissait pas du genre de pièce à jouer pour la période estivale à leur fidèle public du Théâtre du Vieux-Terrebonne.

« Nous sommes dans une comédie grinçante », précise-t-il.

Ayant gagné deux Molières et un Tony Award pour la meilleure pièce aux États-Unis, Art a été traduite en trente-cinq langues.

L’histoire est celle de trois hommes unis par des liens d’amitié. On compte Serge, interprété par Benoît Brière, un homme divorcé, qui est dermatologue et qui gagne bien sa vie. C’est lui qui est fasciné par l’art contemporain et qui va se payer le luxe d’acquérir un tableau de 100 000 $. Son ami Marc, personnifié par Martin Drainville, gagne aussi bien sa vie en tant qu’ingénieur en aéronautique, mais n’a aucune affinité avec ce type d’art. « C’est un esprit plus cartésien », fait remarquer la tête d’affiche.

Aux côtés des deux professionnels, on trouve Yvan, campé par Luc Guérin, qui réussit moins bien que les deux autres. « Il vivote de toutes sortes de manières », indique Benoît Brière. « Il est le rigolo dans le trio. »

Un tableau particulier

Outre la valeur du tableau qui ne fait pas l’unanimité, l’autre sujet de controverse est le tableau lui-même, qui est pratiquement tout blanc. « Il n’y a rien dessus ! », s’exclame le comédien. La toile est texturée, mais elle est blanche. Dépendamment du reflet de la lumière, on peut y voir parfois des couleurs. »

Néanmoins, il s’agit d’une œuvre signée par un grand artiste peintre.

« Pour Marc, cela n’a aucun sens d’acheter un tel tableau », souligne Benoît Brière. « On assistera au propos pseudo-intellectuel entourant l’art moderne et l’art classique et la divergence d’opinions. »

Une amitié brisée

L’amitié des trois hommes qui s’est étendue sur 30 ans est remise en question. De plus, chacun se trouve dans une période trouble de sa vie, ce qui mènera à une crise existentielle.

« Il y a, entre autres, Yvan qui est en pleins préparatifs de mariage », annonce l’acteur. « Il vient de se trouver un emploi en papeterie chez l’oncle de sa future femme. »

On assistera à une joute verbale entre les trois hommes, et l’argumentation ira plus loin que l’art.

« Leur amitié va éclater », conclut l’acteur.

Par ailleurs, on pourra suivre Benoît Brière dans les saisons 4 et 5 de la série Madame Lebrun. Il sera sur la scène du Théâtre du Vieux-Terrebonne pour toute la saison estivale dans la nouvelle mouture de la pièce Broue, également entouré de Martin Drainville et Luc Guérin.

Art

  • Auteure : Yasmina Reza
  • Mise en scène : Marie-France Lambert
  • Distribution : Benoît Brière, Martin Drainville et Luc Guérin
  • Du 29 janvier au 2 mars
  • Au Théâtre du Rideau Vert