/entertainment
Navigation

Après Cuisine futée, parents pressés, Geneviève O’Gleman réapparaît sur le web en solo

La nutritionniste Geneviève O’Gleman veut cibler les clientèles souvent ignorées des médias 
culinaires.
Photo Chantal Poirier La nutritionniste Geneviève O’Gleman veut cibler les clientèles souvent ignorées des médias culinaires.

Coup d'oeil sur cet article

L’aventure Cuisine futée, parents pressés est bel et bien terminée pour Geneviève O’Gleman. La nutritionniste refait surface en solo, sur le web, avec un nouveau magazine qu’elle a baptisé Savourer par Geneviève O’Gleman, a appris Le Journal en exclusivité.

Ce nouveau magazine sera lancé dès lundi matin, quatre mois après sa rupture médiatisée avec Alexandra Diaz au terme de six saisons à Télé-Québec et quatre livres de Cuisine futée, parents pressés, vendus à plus de 600 000 exemplaires.

«Savourer, c’est mon univers personnel. Je suis rendue là dans ma carrière», lance fièrement Geneviève O’Gleman.

Des rumeurs de discorde entre les deux anciennes partenaires ont fait surface, en septembre dernier, après l’annonce de son départ. Questionnée à ce sujet par Le Journal, Geneviève O’Gleman préfère se rappeler une «super belle collaboration» et justifie son départ de Cuisine futée par un «besoin de renouveau».

«J’ai senti le désir de m’exprimer autrement comme nutritionniste, d’aborder l’alimentation différemment. Cuisine futée est un concept dont je suis extrêmement fière et j’ai adoré l’expérience, mais c’est un concept très précis : plaire aux enfants, aider les parents pressés.»

Viser plus large

Sur son site Savourer.ca, Geneviève O’Gleman visera plus large. Sans oublier les familles, elle entend cibler d’autres clientèles qui sont souvent ignorées par les médias culinaires.

«J’ai des conseils à donner aux gens qui habitent seuls, même chose pour les étudiants qui sont en appartement ou les gens qui n’ont pas d’enfant», énumère-t-elle.

Ce ne sera pas le seul changement notable chez Geneviève O’Gleman, qui affirme avoir revu sa façon de cuisiner au cours de la dernière année.

«Je me suis beaucoup remise en question, car je ne voulais pas quitter un projet sans me renouveler. Maintenant, mes recettes sont encore plus simples, elles contiennent moins d’ingrédients, les étapes sont plus claires. Avec la vie qui va vite, je crois qu’on veut passer moins de temps à cuisiner et davantage à profiter de la vie.»

La télé?

En migrant vers le web, Geneviève O’Gleman ne dit pas adieu à la télévision même si un retour au petit écran n’est pas sur son radar à court terme.

«Le site web fait partie d’un projet plus grand, dit-elle sans développer davantage. Plusieurs possibilités s’offrent à moi dans les prochains mois, mais ma priorité demeure de faire découvrir Savourer