/news/provincial
Navigation

250 000 $ pour huit bornes interactives au futur Grand Marché de Québec

Le Grand Marché ouvrira ses portes ce printemps sur le site d’ExpoCité. On y trouvera 20 kiosques permanents, 100 étals saisonniers et 30 espaces commerciaux.
Illustration d’archives, ville de québec Le Grand Marché ouvrira ses portes ce printemps sur le site d’ExpoCité. On y trouvera 20 kiosques permanents, 100 étals saisonniers et 30 espaces commerciaux.

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Québec va faire installer huit bornes interactives, au coût de 250 000 $, pour bien guider les visiteurs du futur Grand Marché vers les produits agroalimentaires de la grande région de la Capitale-Nationale.

Ces équipements «d’affichage dynamique» seront installés à l’intérieur du Marché pour permettre «une expérience client des plus conviviales», lit-on dans un sommaire décisionnel de la municipalité rendu public plus tôt cette semaine.

Il y aura huit bornes, neuf écrans et deux tablettes pour diffuser de l’information sur les commerçants, les produits, les conférences et ateliers, ainsi que sur les nouveaux arrivages. De ce nombre, trois bornes interactives mobiles seront mises à la disposition des régions de la Capitale-Nationale.

Ces 250 000 $ seront puisés à même «la Vision entrepreneuriale Québec 2023», un fonds du gouvernement du Québec géré par la municipalité.

Aux yeux de Québec 21, il ne fait aucun doute que les 250 000 $ doivent être additionnés au budget de 24,8 millions $, ce qui porterait le total à plus de 25 millions $.

«Dossier mal géré»

Jean-François Gosselin. Chef de l’opposition
Photo Agence QMI, Simon Clark
Jean-François Gosselin. Chef de l’opposition

«La facture du Grand Marché de Régis Labeaume ne cesse de s’allonger. C’est un autre exemple d’un dossier mal géré et mal planifié», a dénoncé Jean-François Gosselin, chef de l’opposition. Ce dernier ne comprend d’ailleurs pas pourquoi les 250 000 $ sont puisés à même la Vision entrepreneuriale.

«Cet argent, qui devrait aller aux entrepreneurs, est utilisé par la Ville pour s’autofinancer», s’est-il étonné.

Raisonnement diamétralement opposé du côté de Marie-Josée Savard, vice-présidente du comité exécutif. Cette dernière a d’abord soutenu que les bornes se qualifient bel et bien aux sommes qui figurent dans la Vision entrepreneuriale. Elle a ensuite insisté pour dire que le budget de 24,8 millions $ demeure inchangé, puisque les 250 000 $ ne sont pas décaissés des coffres de la Ville, mais bien d’un programme gouvernemental.

Bernard Gaudreau, maire de Neuville et préfet de la MRC de Portneuf, s’est montré fort enthousiaste.

«Vitrine exceptionnelle»

Il a qualifié les bornes de «vitrine exceptionnelle pour faire la promotion des produits agroalimentaires des producteurs de la grande région de la Capitale-Nationale, comme ceux de Portneuf ou de Charlevoix».

Le mois dernier, nous apprenions que le budget du Grand Marché était déjà passé de 21,8 millions $ à 24,8 millions $.

Le maire Labeaume avait dit assumer cet écart. Il a notamment évoqué la nécessité de conserver le concept architectural comme il a été imaginé.

Le Grand Marché doit ouvrir ses portes ce printemps.